Cannes 2023 : « The Zone of Interest », favori pour la Palme d’or à mi-parcours

Il revient dans toutes les discussions cinéphiles à la sortie des projections quand il s’agit de dresser un premier bilan à mi-parcours de cette édition cannoise : « The zone of interest » du britannique Jonathan Glazer, qui évoque le quotidien banal d’une famille de dignitaire nazi qui dirige le camp de concentration situé derrière l’épais mur de son petit pavillon, a glacé et impressionné le festival par sa maîtrise. Il est ainsi en tête du classement des nombreux tableaux de notations des journalistes qui pullulent dans les publications quotidiennes ou sur le web. Un outil précieux, véritable pour dégager la tendance des films présentés sur la Croisette. Même si, on le sait bien, le jury du Festival est autonome. Et par expérience, ne suit pas forcément (et même rarement !) la tendance ressentie.

À lire aussi Quel est le pire palmarès de l’histoire du Festival de Cannes ?

Si Jonathan Glazer figure en tête du classement de la presse francophone, il se fait désormais talonner par « Anatomie d’une chute » de la française Justine Triet, présenté ce dimanche en compétition. Autre radiographie glaçante d’un crime au sein d’un couple porté par le talent de la réalisatrice de « Sibyl » et « La bataille de Solférino », voilà un second candidat sérieux pour la Palme d’Or, histoire de mâcher le travail du jury présidé par Ruben Ostlund. Suivent ensuite quelques coups de coeur comme « Monster » du japonais Kore-Eda ou encore « Jeunesse (le printemps) » , le documentaire gr...


Lire la suite sur ParisMatch