Cannes 2019 : "Vivre pour chanter" la Chine et sa modernisation forcée vue à travers une troupe d'opéra traditionnel

Jean-François Lixon
Vivre Pour Chanter (Huo Zhe Chang Zhe) du Chinois Johnny Ma était projeté lundi 20 mai à La Quinzaine des Réalisateurs. A travers le combat d'une petite troupe d'opéra traditionnel, il illustre la modernisation à marche forcée de la Chine aux dépends des traditions.

Vivre Pour Chanter (Huo Zhe Chang Zhe), le second long métrage du réalisateur sino-canadien Johnny Ma a été complètement tournée à Chengdu, la capitale du Sichuan, une province du centre de la Chine. Ville moyenne, elle compte quatorze millions d'habitants. Comme dans toutes les métropoles chinoises l'Etat conduit une modernisation à marche forcée. Les anciens quartiers sont tous rasés sans que les habitants soient consultés. A la place des maisons traditionnelles, souvent en très mauvais état, des immenses tours poussent comme des champignons après la pluie.

Dans la périphérie de la ville, au coeur d'un quartier misérable, une troupe d'opéra traditionnel chinois est la seule source de distraction aux alentours, particulièrement pour les habitants les plus âgés. Alors que les bulldozers détruisent une à une les maisons, la directrice de la troupe reçoit un courrier lui annonçant que son théâtre va prochainement être rasé. Sans prévenir le reste de la troupe, elle tente de lui trouver un nouveau lieu. L'administration est sourde et il va falloir se résigner à partir. Mais peu à peu les personnages traditionnels font irruption dans sa vie. Dans le même temps les plus jeunes artistes pressent la directrice de moderniser ses spectacles, l'une d'elle, sa nièce, commence même une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi