Cannes 2019 : la Semaine de la critique se dévoile, Jesse Eisenberg et Imogen Poots attendus

La Rédaction

Charles Tesson, Délégué général de la Semaine de la critique, a dévoilé la sélection des longs et courts métrages présentés cette année dans cette section parallèle mettant en lumière les premiers et seconds longs métrages. Pour cette édition 2019, qui se déroulera du 15 au 23 mai, le comité de sélection a vu 1 605 courts métrages (contre 1 500 courts l'année dernière) et 1 050 longs métrages (1 100 longs l'année dernière). 15 courts métrages et 11 premiers et seconds longs métrages issus de 18 pays ont finalement été retenus. 

Le jury sera présidé par le cinéaste Ciro Guerra. Il sera entouré de la comédienne franco-britannique Amira Casar, de la productrice française d’origine danoise Marianne Slot, de la journaliste et critique de cinéma belgo-congolaise Djia Mambu et du scénariste et réalisateur italien Jonas Carpignano.  L'an dernier, le Grand Prix de la Critique internationale avait été décerné Diamantino de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt.

Film d'ouverture

  • Litigante de Franco Lolli

Après avoir été l'une des révélations de la Semaine de la Critique en 2014 avec son premier film, Gente de Bien, le cinéaste colombien Franco Lolli revient cette année présenter son second long-métrage, Litigante, en Ouverture de la sélection. Il y dresse le portrait d'une femme, avocate et mère célibataire, jonglant entre un scandale de corruption qui la vise et la grave maladie de sa mère. Confrontée à une situation familiale et professionnelle en crise, elle se lance à corps perdu dans une histoire d'amour... "Dans la veine de Pialat, Franco Lolli creuse un sillon dont l’exigence formelle transcende le cadre réaliste de son récit pour atteindre le plus profond des êtres, au cœur des émotions les plus vives et les plus pures, que seul le cinéma sait transmettre", selon Charles Tesson, délégué général de la Semaine de la Critique.

Compétition longs métrages

  • Abou Leila de Amin Sidi-Boumédiène
  • Ceniza Negra (Cendre Noire) de Sofía Quirós Ubeda
  • Hvítur, Hvítur Dagur (A White, White Day) de Hlynur Pálmason

Après Winter Brothers, "premier film choc" selon les termes de Charles Tesson, Hlynur Pálmason "confirme son talent de mise en scène" avec Hvítur, Hvítur Dagur (A White, White Day) : un homme affronte la perte brutale de son épouse dans un accident et soupçonne son infidélité. "Ravagé par le doute et la soif de vengeance, il plonge jusqu'au malaise les êtres qui l'entoure, dans une rage aussi incontrôlable que salvatrice".

  • J'ai perdu mon corps de Jérémy Clapin

Le Français Jérémy Clapin est de retour à la Semaine de la Critique onze ans après son court métrage d'animation Skhizein. Pour son premier long, toujours dans l'animation, il signe un scénario original et moderne, dont l'héroïne est une main tranchée bien décidée à retrouver son corps, et qui conjugue conjuguant selon les propos de Charles Tesson "différents rythmes et tonalités, entre frénésie du vivant et douceur contemplative".


J'ai perdu mon corps de Jérémy Clapin

  • Nuestras Madres (Our Mothers) de César Díaz
  • Le Miracle du Saint Inconnu (The Unknown Saint) d'Alaa Eddine Aljem
  • Vivarium de Lorcan Finnegan

Jesse Eisenberg et Imogen Poots seront présents à la Semaine de la critique pour le second long métrage de l'Irlandais Lorcan Finnegan. Après plusieurs courts et un premier long Without Name (inédit en France), la Semaine de la critique a retenu Vivarium. L'histoire : À la recherche de leur première maison, un jeune couple effectue une visite en compagnie d’un mystérieux agent immobilier et se retrouve pris au piège dans un étrange lotissement... Selon Charles Tesson, le film est une "plongée implacable dans un huis clos fantastique", une "profonde réflexion sur le cycle de la vie".


Vivarium avec Jesse Eisenberg et Et Imogene Poots

Séances spéciales

  • Les héros ne meurent jamais de Aude Léa Rapin 

Grand Chelem pour l'actrice Adèle Haenel, qui sera présente à Cannes en Compétition (Portrait de la jeune fille en feu), à la Quinzaine des Réalisateurs (Le Daim) et donc à la Semaine de la Critique, dans Les Héros ne meurent jamais. Premier long d'Aude-Léa Rapin après trois courts remarqués en festivals, Les Héros ne meurent jamais raconte l'histoire d'un jeune homme un peu fou se vivant comme la réincarnation d’un autre. Son amie cinéaste le croit et lui fait cadeau d’un film. Dans le rôle principal, on retrouve le jeune Jonathan Couzinié, qui a tourné dans deux des courts métrages d'Aude-Léa Rapin et que l'on a récemment pu voir au générique des Confins du monde.

  • Tu mérites un amour de Hafsia Herzi

Hafsia Herzi est de retour à Cannes devant mais aussi et surtout derrière la caméra, pour son premier long métrage en tant que réalisatrice. Alors que l'on attendait des nouvelles de son projet intitulé Bonnes mères, la comédienne révélée par Abdellatif Kechiche dans La Graine et le Mulet, nous offre Tu mérites un amour, portrait décomplexé et libre d'une jeune femme trompée, confrontée "aux aléas, aux vibrations" et à la folie de l'amour. Une héroïne en quête d'amour qu'elle incarne avec une passion et une maturité "qui touche à l'universel", selon l'analyse de Charles Tesson.

Film de clôture

  • Chun jiang shui nuan (Dwelling in the Fuchun Mountains) de Gu Xiaogang

Pour son film de clôture, la Semaine de la critique a porté son choix sur un "véritable coup de coeur", Chun jiang shui nuan (Dwelling in the Fuchun Mountains), premier volet d'une trilogie, premier film du "jeune prodige chinois" Gu Xiaogang. L'histoire raconte le destin d'une famille s'écoulant au rythme de la nature, du cycle des saisons et de la vue d'un fleuve. Charles Tesson souligne la "fluidité parfaitement maitrisée du cadre, de la mise en scène, qui insuffle au film une respiration sereine qui célèbre la fusion de la condition sur Terre et l'Eternité des paysages". 

Compétition courts métrages

  • Dia de festa (Jour de fête) de Sofia Bost
  • Fakh (The Trap) de Nada Riyadh
  • Ikki illa meint de Andrias Høgenni
  • Journey Through a Body de Camille Degeye
  • Kolektyvinai sodai (Community Gardens) de Vytautas Katkus
  • Lucía en el limbo de Valentina Maurel
  • The Manila Lover de Johanna Pyykkö
  • Mardi de 8 à 18 de Cecilia de Arce
  • She Runs de Qiu Yang
  • Ultimul Drum Spre Mare (Le dernier Voyage à la mer) de Adi Voicu

Séances spéciales courts métrages

  • Demonic de Pia Borg
  • Naptha de Moin Hussain
  • Please Speak Continuously and Describe Your Experiences as They Come to You de Brandon Cronenberg
  • Invisível Herói (Invisible Hero) de Cristèle Alves Meira 
  • Tenzo de Katsuya Tomita 

Pour voir la vidéo de présentation de la sélection 2019 de la Semaine de la critique :

 

Cannes 2019 : Bill Murray chez Jim Jarmusch, Terrence Malick, Virginie Efira... Toutes les photos de la compétition officielle

La sélection Cannes 2019 : toutes les photos