Cannes 2019 : première Palme d'or à la Corée du Sud pour "Parasite" de Bong Joon-Ho

Lorenzo Ciavarini Azzi, Jacky Bornet
Le jury du 72e Festival de Cannes a récompensé pour la première fois un film sud-coréen, "Parasite" et un cinéaste majeur, Bong Joon-ho. Il a surpris en primant Céline Sciamma, Mati Diop et Ladj Ly. Antonio Baderas obtient, lui, le prix d'interprétation qu'il a dédié à Pedro Almodovar, dont l'ombre planait sur le palmarès.

72e cérémonie de clôture du Festival de Cannes, avec un palmarès très attendu, ce 25 mai, au terme d'une édition considérée comme l'une des meilleures de ces dernières années par les festivaliers. Un palmarès qui ne surprend pas avec la récompense au Sud-Coréen Bong Joon-ho, mais qui déjoue en grande partie les pronostics exprimés pour les autres lauréats.


La Palme d'or à Parasite de Bong Joon-ho

Parasite du réalisateur coréen Bong Joon-Ho a fait l'unanimité du jury. Bong Joon-ho brille dans ce thriller qui dépeint la violence dues aux inégalités sociales en Corée, mais qui demeurent universelles. Un scénario qu'il a co-écrit d’après un roman de l’auteur japonais Hitochi Iwaaki.

Le grand cinéaste coréen, passé plus d’une fois par Cannes, multi récompensé dans nombre de festivals, démontre encore son art de la narration, de la mise en scène et de sa direction d’acteurs. Sur la scène du Grand Théâtre Lumière, il a remercié deux grandes inspirations françaises, Henri-Georges Clouzot et Claude Chabrol. Il remercie également ses acteurs et en particulier son comédien fétiche Song Kang-Ho, son "biome", a-t-il dit, mis à l'honneur,en le faisant monter sur scène.

Le Grand prix à Atlantique de Mati Diop

Grosse surprise : la remise du Grand prix à la Franco-Sénégalaise Mati Diop bouleversée par la récompense, reçue des mains de Sylvester Stallone : "c'est fou ce que vous avez fait !", lance-t-elle. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi