Le cannabis, une des premières plantes cultivées par l'Homme

·4 min de lecture
Races locales de cannabis dans la province du Qinghai, en Chine centrale. (Photo: Guangpeng Ren)
Races locales de cannabis dans la province du Qinghai, en Chine centrale. (Photo: Guangpeng Ren)

SCIENCE - Elle est l’une des toutes premières plantes cultivées par l’Homme. Bien avant le blé et le riz, le cannabis assistait déjà le développement de l’Humanité. Et pourtant, l’histoire de sa domestication reste énigmatique sur bien des aspects.

Une étude publiée ce vendredi 16 juillet dans la revue ScienceAdvances tend à éclaircir la question. Guangpeng Ren et son équipe de chercheurs ont regroupé et analysé de nouveaux échantillons inédits, dans des proportions encore jamais atteintes, afin de remonter le temps jusqu’aux origines de la plante Cannabis sativa.

Leurs analyses révèlent que la plante a été domestiquée dès les prémices du Néolithique, il y a environ 12.000 ans. Ses traces rejoignent celle des plus anciennes retrouvées de la domestication des plantes pas l’Homme. Les chercheurs ont également précisé une origine géographique nouvelle: la Chine.

Rencontre du 3e type

Si de plus en plus de travaux scientifiques abordent le sujet des cannabinoïdes et leurs potentiels médicaux, l’histoire génomique du cannabis reste sous-étudiée. Aujourd’hui victime de restrictions légales à cause de son statut de psychotrope, la plante était autrefois omniprésente dans les civilisations pour la fabrication de médicaments ou de textiles. La fibre de chanvre était ainsi exploitée pour la réalisation de voiles ou de cordes.

Luca Fumagalli, membre de l’équipe de Guangpeng Ren et directeur du Laboratoire de biologie de la conservation du Département écologie et évolution de l’Université de Lausanne, fait ce constat il y a une douzaine d’années déjà:

“Je me suis aperçu que personne n’avait jamais abordé la question de la domestication du Cannabis sativa, alors que c’est une des premières plantes domestiquées par l’humanité. Il y a des études sur la domestication du riz, du blé et les autres plantes, mais en ce qui concerne le cannabis, c’était le zéro absolu”.

Face à ce manque de connaissances, les chercheurs ont réuni un ensemble de données inédit combinant 110 génomes entiers (28 accessibles au public et 82 nouveaux), couvrant le spectre de la plante sous ses différentes formes actuelles. Ils établissent un panel complet des types de domestication du cannabis distribués dans le monde entier.

Pas une mince affaire, rapporte le Docteur Fumagalli, exposant “la difficulté de regrouper autant d’échantillons d’origines géographiques variées à cause des restrictions légales dans les pays”. Certains de ces échantillons viennent de pays extrêmement fermes sur la question, comme la Chine ou le Pakistan.

Des variétés locales de cannabis dans un champ de maïs dans le nord-est de la Chine. (Photo: Guangpeng Ren)
Des variétés locales de cannabis dans un champ de maïs dans le nord-est de la Chine. (Photo: Guangpeng Ren)

Il a fallu plusieurs années pour composer cette base de données. Elle a permis une analyse exhaustive de la plante sous toutes ses formes et modes de domestication. Deux groupes distincts, avec très peu d’échanges génétiques entre eux, ont facilement été identifiés: le chanvre et la marijuana.

Mais à la surprise des scientifiques, un troisième type de la plante a été déterminé. “Nous avons fait une découverte que nous n’attendions pas, celle d’un troisième groupe, totalement indépendant des deux précédents. Cette variété de plantes a été retrouvée exclusivement en Chine, et elle semble être la plus proche de l’ancêtre commun” raconte-t-il.

Ce type a été appelé “basal”. Un nom qui n’a pas été choisi au hasard, basal voulant dire “situé à la base”, un “groupe-frère et indépendant”. La présence exclusive de ce groupe en Chine suppose que le Cannabis sativa aurait été domestiqué en Asie de l’Est. Cette trouvaille contredit l’opinion largement admise de l’origine d’Asie Centrale.

L’Asie de l’Est s’est avérée être un ancien point chaud important de domestication de plusieurs espèces végétales, dont le riz, le soja ou l’abricot. Les résultats ne font donc que souligner davantage l’importance de cette zone dans l’histoire de l’Humanité.

Plante de cannabis sauvage au milieu d'une prairie dans la province de Qinghai, Chine centrale (Photo: Guangpeng Ren)
Plante de cannabis sauvage au milieu d'une prairie dans la province de Qinghai, Chine centrale (Photo: Guangpeng Ren)

Domestiquée aux prémices du Néolithique

Les scientifiques ont ensuite cherché à dater cet arbre phylogénétique: à quel moment de l’Histoire ce 3e groupe s’est-il séparé du tronc commun ancestral? En clair, à quel moment l’Homme a commencé à influencer la plante.

Par une série de calculs mathématiques, ils ont remonté le temps jusqu’à environ 10.000 ans avant notre ère. “Cette datation confirme que le cannabis est l’une des premières plantes domestiquées par l’Homme, et c’est de plus cohérent avec les données archéologiques dont nous disposons” ajoute le Docteur Fumagalli.

En effet, la plus vieille trace de l’utilisation du chanvre par l’Homme est une poterie datée de 10.000 ans av JC. Découverte à Taiwan, elle est recouverte de motifs imprimés en cordon de chanvre et a longtemps été utilisée pour exposer l’ancienneté de l’emploi du chanvre. Par contre, la seconde séparation, qui permis au chanvre et à la marijuana psychotrope d’exister, n’arriva que 8000 ans plus tard.

Pour remonter le temps, les chercheurs ont analysé en détail le génome des différents types de cannabis. Cela leur a permis de mieux comprendre les gènes responsables de la production de cannabidiol (CBD) chez la plante de type chanvre et de tetrahydrocannabinol (THC) chez le type marijuana.

Les chercheurs espèrent que la base des ressources génomiques bâtie servira aussi à la recherche médicale. Aujourd’hui, de plus en plus de pays -dont la France France- s’intéressent aux propriétés thérapeutiques du cannabis.

À voir également sur Le Huffpost: Reims, future ville-test de la légalisation du cannabis? On est allé voir sur place

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

A LIRE

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles