Avec la canicule, les salariés ont le droit de travailler en short

AFP

CANICULE - Les aléas climatiques, comme la canicule qui fait son retour en France, ont un impact sur les conditions de travail. Voyons quelles sont les obligations et les droits des entreprises et des salariés. 

Tout employeur doit prendre en considération les “ambiances thermiques” dans le cadre de sa démarche d’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, aux termes de l’article R 4121-1 du Code du travail.

Fournir de l’eau potable et fraîche

Une obligation rappelée dans le plan canicule: les employeurs sont tenus d’assurer la sécurité et de protéger la santé de leurs salariés “en tenant compte notamment des conditions climatiques”.

Mais aucun seuil de température n’est fixé dans la loi. “Le code du travail ne nous aide pas”, souligne Jean-Christophe Sciberras, ancien président de l’Association Nationale des Directeurs des Ressources Humaines et DRH France de Solvay. “C’est aux entreprises de voir quand on atteint des limites”, explique-t-il.

Les employeurs ont l’obligation de fournir de “l’eau potable et fraîche” et, pour les postes à l’extérieur, une protection “contre les conditions atmosphériques”, comme un local climatisé ou des abris, souligne-t-il.

La caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) recommande pour sa part d’évacuer les bureaux à partir d’une température intérieure de 34 degrés.