Canicule: risque «extrême» sur la production alimentaire d'ici 2045

Selon une étude réalisée par le cabinet d'analyse de risque Verisk Maplecroft, la multilplication des épisodes caniculaires constatés dans une grande partie du monde, menace de nombreux pays producteurs de denrées agricoles.

Le cabinet britannique Verisk Maplecroft estime que d'ici 2045, les secteurs agricoles d'une soixantaine de pays représentant les trois quarts de la production alimentaire mondiale pourraient se retrouver en situation de « risque extrême. »

Ces projections reposent sur le scénario d'un réchauffement climatique de deux degrés celsius, par rapport à l'ère pré-industrielle. Mais le « stress de chaleur », qui combine les niveaux de températures et la difficulté de travailler en extérieur dans certaines conditions climatiques, atteint déjà ce niveau de « risque extrême » dans vingt pays.

Exportations de blés annulées

Parmi eux, la Chine, le Brésil, les États-Unis ou encore l'Inde. Il y a deux ans encore, l'Inde produisait à lui seul 12% de la production alimentaire mondiale. Cette année, face aux pertes, le pays a dû annuler des exportations de blé notamment.

Parmi ces vingt pays, on trouve aussi plusieurs grands producteurs de riz comme le Cambodge, la Thaïlande et le Vietnam.

Dans les projections à 2045, le cabinet Verisk Maplecroft prévient que 9 des 10 pays les plus à risque pourraient se retrouver sur le continent africain. Le Ghana, deuxième producteur mondial de cacao en ferait partie.

►À lire aussi : La canicule en Europe met le marché du blé sous tension


Lire la suite sur RFI