Canicule : les revêtements blancs au sol et sur les bâtiments sont-ils réellement efficaces ?

Avec les fortes chaleurs, plusieurs villes ont décidé de peindre les façades de leur bâtiment en blanc afin de réduire la température. Mais cette méthode était-elle vraiment efficace ? Des scientifiques de l’University College de Londres ont mené une étude, publiée dans Geophysical Research, à partir des données de l’été le plus chaud jamais enregistré dans la capitale, en 2018. Les résultats ont confirmé que cette méthode modifie effectivement les écarts de température.

Le réchauffement climatique a pour conséquence de multiplier les épisodes de canicule un peu partout dans le monde. Face à cela, les membres du GIEC avaient autrefois préconisé aux régions subissant souvent un pic de température, de peindre leurs structures en blanc. Manifestement, cette stratégie pourrait bien porter ses fruits. Les scientifiques ont modélisé en 3D des bâtiments tous peints de blanc dans les conditions de fortes chaleurs de 2018. Les résultats ont montré que si ce dispositif avait été mis en place à grande échelle dans la capitale, la température extérieure dans la ville aurait baissé en moyenne “de 1,2 degré et jusqu’à deux degrés dans certains endroits”. Cette méthode, qualifiée par les chercheurs de “cool roofs” (toits cools, en français), aurait également été efficace pour réduire les températures en intérieur : “En renvoyant la chaleur plutôt qu’en l’absorbant, les cool roofs ont le double avantage de réduire la température non seulement dans l’environnement urbain extérieur mais aussi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Rouler à 140 km/h sur l’autoroute est complètement inutile selon un mathématicien
Quelles plantes d’ombre sont les plus résistantes pour un jardin peu ensoleillé ?
Météo : 10 questions insolites que vous vous posez (peut-être) sur les nuages !
Quiz : êtes-vous incollable sur la biodiversité ?
À cause de l'IA les émissions de carbone augmentent