Canicule: Limiter les activités intenses au travail s'impose dès aujourd'hui

Les températures au
Les températures au

Les températures au "thermomètre humide" atteignent le seuil de 23° TW ce jeudi 16 juin, principalement au Sud-Ouest. (Photo: Callendar url: http://callendar.climint.com/en/)

CANICULE - Arrêter de travailler à cause de la canicule. Pour les personnes exerçant une profession impliquant une activité physique intense et exposée au soleil, les conditions de températures et d’humidité sont potentiellement dangereuses à partir de ce jeudi 16 juin, explique Thibault Laconde, ingénieur spécialiste des risques climat, contacté par Le HuffPost.

Dès aujourd’hui et au moins jusqu’à samedi, nous franchissons les 23°C au “thermomètre humide” (TW), un cap qui nécessite de limiter au maximum l’intensité physique du travail. C’est ce seuil, défini par la norme “ISO 7726:2017″, internationalement reconnue, qui est représenté sur les cartes en tête d’article réalisées par la start-up française Callendar pour Le HuffPost.

Les zones les plus exposées à ces températures humides sont le Sud-Ouest et celles limitrophes de la Belgique, où des pics à 25°TW sont attendus jusqu’à ce samedi 18 juin (les zones les plus foncées et entourées sur la cartes ci-dessous). À cette température, même les activités physiques modérées, comme le marche, sont à éviter.

Le seuil des 23°C au thermomètre humide est dépassé localement au moins jusqu'à samedi. (Photo: Le seuil des 23°C au thermomètre humide est dépassé localement au moins jusqu'à samedi.)
Le seuil des 23°C au thermomètre humide est dépassé localement au moins jusqu'à samedi. (Photo: Le seuil des 23°C au thermomètre humide est dépassé localement au moins jusqu'à samedi.)

Le seuil des 23°C au thermomètre humide est dépassé localement au moins jusqu'à samedi. (Photo: Le seuil des 23°C au thermomètre humide est dépassé localement au moins jusqu'à samedi.)

Pour rappel, les températures au “thermomètre humide” permettent aux météorologues d’évaluer la dangerosité d’une canicule. Cette mesure prend en compte l’humidité de l’air pour mesurer notre résistance à la chaleur. Les scientifiques évaluent qu’à 35°TW, notre corps succombe.

Coups de chaleur plus fréquents au travail

Ce seuil mortel a été atteint il y a quelques semaines en Inde et au Pakistan. En France, nous en sommes encore très loin, mais les taux d’humidité des prochains jours, jusqu’à 40% dans le centre de la France et entre 60-70% sur les côtes, nécessitent une extrême vigilance surtout pour les personnes travaillant à l’extérieur.

À l’ombre et au repos, avec les températures actuelles, il y a peu de risques de coups de chaleur mortels. Se reposer au frais les volets fermés est faisable en vacances, sauf que cette canicule arrive en juin, un mois que beaucoup deFrançais passent au travail. Or, les activités physiques et cérébrales demandent de l’énergie, alors que le corps est déjà très sollicité pour évacuer la chaleur emmagasinée.

Graphique des activités physiques maximales selon les températures et l'humidité. (Photo: Callendar)
Graphique des activités physiques maximales selon les températures et l'humidité. (Photo: Callendar)

Graphique des activités physiques maximales selon les températures et l'humidité. (Photo: Callendar)

Subir des canicules au travail deviendra de plus en plus en plus fréquent alors que les étés tendent à s’allonger à cause du changement climatique. D’ici 2100, l’été durera six mois et l’hiver plus que deux, selon une étude de chercheurs chinois publiée dansAdvancing Earth and Space Scienceen février 2021.

Pas de limite pour la température au travail en France

Les personnes travaillant à l’extérieur ou dans des lieux non climatisés sont particulièrement exposées à des chaleurs extrêmes parfois mortelles. Et ces coups de chaleur peuvent survenir à des températures bien en dessous les 35°TW, alerte Thibault Laconde. “Il y a eu récemment un cas au Canada où un bucheron a fait un coup de chaleur à 30°C. Il avait des équipements de protection qui limitaient sa capacité à se refroidir”. L’exposition au soleil et une journée de travail physique intense suffisent donc à causer un coup de chaleur mortel.

Les exemples d’accidents du travail provoqués par de très fortes chaleur se multiplient ces dernières années. En juin 2021, au sud de l’Italie, un travailleur agricole est mort après avoir travaillé quatre heures en plein soleil, a rapporté le quotidienCourrier International. Quelques jours plus tard, un autre Italien est décédé alors qu’il était en train de distribuer des tracts sur la voie publique. Ces deux décès ont poussé la région des Pouilles à interdire le travail “en condition d’exposition prolongée au soleil, entre 12h30 et 16 heures, jusqu’au 31 août 2021”.

Contrairement à certains pays tels que la Chine, où le travail en extérieur est interdit par plus de 40°C et réglementé au-dessus de 37°C, le droit français ne fixe pas une limite pour la température au travail, ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Dans les départements classés en alerte rouge pour la canicule par Météo France, l’employeur doit procéder “une réévaluation quotidienne des risques d’exposition pour chacun de ses salariés” qui peut aboutir à la suspension du travail si les autres moyens de protection sont insuffisants.

Augmenter les pauses et travailler en équipe

“Il est temps de se poser la question à plus long terme s’il ne faut pas inscrire dans la réglementation française des règles qui permettent de protéger les travailleurs et ne pas laisser la décision de l’interruption du travail aux mains de l’employeur ou du travailleur”, poursuit Thibault Laconde qui appelle aussi à se référer aux bons gestes en cas de canicule au travail de Institut national de recherche et de sécurité (Inrs).

“Au-delà de 30°C pour une activité de bureau et 28°C pour un travail physique, la chaleur peut constituer un danger pour la santé des salariés”, alerte l’Institut. Pour s’en prémunir, il conseille notamment aux employeurs d’augmenter la fréquence des pauses, de privilégier le travail en équipe pour qu’un travailleur ne se retrouve pas isolé ou encore de modifier voire mécaniser certaines tâches.

Du côté des travailleurs, les bons réflexes sont les suivants: boire de l’eau régulièrement, porter des vêtements amples et clairs, éviter les repas copieux, les boissons alcoolisées et les cafés, se protéger la tête et les yeux à l’extérieur... Des gestes à appliquer dès aujourd’hui.

À voir aussi sur Le HuffPost: Canicule en Asie: Passé ce seuil on meurt de chaud, voici pourquoi

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles