Canicule : notre été est-il aussi rude que celui de 2003 ?

À Paris, en août 2003, la température maximale avait dépassé les 36 degrés pendant 9 jours consécutifs (Photo d'illustration). (NurPhoto via Getty Images)

Alors que les vagues de chaleur et canicules s'enchaînent depuis le début de l'été dans l'Hexagone, la situation est-elle comparable avec celle de l'été 2003, marqué par un événement climatique d'ampleur exceptionnelle.

La France n'en a pas fini avec les fortes chaleurs. Un mois après un premier épisode caniculaire en France, cette nouvelle vague de chaleur illustre le réchauffement climatique et montre ce à quoi pourraient ressembler les étés dans les années à venir. Dans la mémoire collective, la canicule du mois d'août 2003 qui a touché la France et toute l'Europe reste le pire épisode jamais connu sur notre continent, mais qu'en est-il vraiment ?

Plus de 38 degrés pendant 13 jours consécutifs à Orange

Si l'été 2003 restera à jamais comme l'été le pire en termes de conditions météorologiques, c'est avant tout parce qu'il a été particulièrement meurtrier. Ce drame humain a provoqué la mort de 14 802 personnes entre le 1er et le 19 août, soit la seconde cause de surmortalité, concernant particulièrement les personnes âgées, depuis le début du siècle en France, derrière le Covid-19.

En 2003, le dôme anticyclonique présent sur la France avait fait du sur place pendant de nombreux jours, ce qui avait comprimé la masse d'air, la réchauffant davantage chaque jour pendant une période exceptionnellement longue. À Paris, du 4 au 12 août, la température maximale avait dépassé les 36 degrés, soit pendant 9 jours consécutifs. Du 3 au 14 août, les températures durant la nuit ne sont jamais descendues sous les 20 degrés dans la capitale, rappelle Le Parisien. À Orange, le thermomètre avait même dépassé les 38°C pendant 13 jours consécutifs.

Dans la nuit du 6 août 2003, à Menton, la température minimale enregistrée était de 30,3°C. Un record, puisque jusqu'aujourd'hui, le thermomètre est toujours redescendu sous les 30°C durant une nuit en France. En 2003, les records absolus de température maximale avaient été battus au cours des 12 premiers jours d'août dans pas moins de 70 stations météorologiques, parmi les 180 existantes.

Le sud-ouest particulièrement menacé

Si la température record enregistrée en France date du 28 juin 2019, avec les 46 degrés mesurés à Vérargues (Hérault), la canicule de 2003 reste à ce jour difficilement égalable par sa durée et son étendue. Si les températures du début de semaine sont comparables à celles de 2003, elles devraient chuter assez rapidement le nord du pays, donnant lieu à un épisode de chaleur bien plus court. Il y a 19 ans, la canicule avait persisté de 10 à 18 jours consécutifs.

Comparaison entre août 2003 et juillet 2022. (Crédit : La Chaîne Météo)
Comparaison entre août 2003 et juillet 2022. (Crédit : La Chaîne Météo)

La situation n'est donc pas comparable à celle de 2003 sur tout le territoire, mais elle pourrait l'être dans le sud-ouest du pays, où les températures ne vont pas redescendre de sitôt. Si elle peut atteindre des valeurs assez similaires, la canicule actuelle s'annonce bien plus courte, sous forme de deux gros pics de 2 à 3 jours sur la moitié nord, pouvant persister 8 jours au sud-ouest.

Au niveau national, cette canicule s'annonce donc moins étendue et plus courte que celle de 2003, mais cet épisode version 2022 pourrait être plus intense localement dans certaines zones. Certains records sont ainsi tombés, notamment à Brest ou Nantes.

Si la situation n'est donc pas tout à fait comparable avec 2003, les prévisionnistes ne sont pas très optimistes pour les décennies à venir. Interrogé par RTL, Sébastien Léas de Météo-France se montre même très pessimiste : "On s'attend d'ici à la fin du siècle à ce que l'été 2003 soit un peu la norme, si on reste dans un schéma avec nos émissions de gaz à effet de serre".

VIDÉO - Canicule: nos voisins européens souffrent aussi de la chaleur

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles