Canicule pour les détenus aborigènes, climatisation pour les animaux errants: indignation en Australie

AFP - GREG WOOD

À Roebourne, une petite ville d’Australie-occidentale, à plus de 1 600 km au nord de Perth, il peut faire plus de 50 degrés durant l’été. Une chaleur écrasante, qui n’épargne pas les 220 détenus de la prison de la ville, en majorité aborigènes. L’inspecteur général des prisons de l’État a plusieurs fois alerté sur le risque majeur pour leur santé que représentait l’absence de climatisation dans les cellules. Les avocats des détenus dénoncent le cynisme du gouvernement d’Australie-Occidentale, alors que, dans la ville voisine, va ouvrir dans quelques semaines un refuge climatisé pour animaux errants.

Avec notre correspondant à Sydney, Grégory Plesse

Une fournaise, c’est ce que devient la région de Roebourne chaque été, avec une température moyenne de 40 degrés pendant deux mois. Une température qui s’abat plus lourdement encore sur les détenus de la prison du secteur, des Aborigènes dans la grande majorité, laissés sans véritable protection face à cette chaleur écrasante.

C’est ce que rappelle Alice Barter, avocate au sein d’une association assurant la représentation légale des Aborigènes. « Nos clients dorment dans des cellules sans climatisation, dans une prison en ciment où la température peut monter jusqu’à 50 degrés dans la journée, et qui reste très élevée la nuit. Ils nous disent qu’ils n’arrivent pas à dormir. »

Les Aborigènes, 3% de la population, 40% des détenus

Quelques pièces communes, ainsi qu’une poignée de chambres médicalisées, bénéficient de l’air conditionné. Le gouvernement d’Australie occidentale, malgré des demandes répétées, ne prévoit pas de climatiser les cellules.


Lire la suite sur RFI