Canicule : la chaleur s’abat sur l’est de la France

Photo
Capture écran Météo-France

Capture écran Météo-France

Le pic de chaleur à l’échelle nationale commençe déjà à s’atténuer légèrement, par le nord-ouest du pays.

CANICULE - Nouvelle journée irrespirable. Le troisième épisode caniculaire de cet été brûlant, doublé d’une vigilance « sécheresse » sur l’ensemble du territoire, se décale ce jeudi 4 août sur l’est de l’Hexagone. Météo-France attend jusqu’à 36 °C à Strasbourg et 38 °C à Lyon.

Vingt-six départements placés en vigilance orange dès mercredi, au pic de ce nouvel épisode, le resteront pour cette journée de jeudi, du Sud-Ouest à la Bourgogne et à l’Alsace, et du Languedoc aux Alpes. Cinquante autres sont en jaune, comme vous pouvez le voir sur la carte de Météo-France ci-dessous.

Il fera localement de 37 à 39 sur le Sud-Ouest et des frontières allemandes au couloir rhodanien avec des températures nocturnes qui seront restées comprises entre 18 et 21 degrés, voire 24 localement dans la nuit de mercredi à jeudi.

Un vent du nord viendra en revanche rafraîchir ce jeudi la Bretagne et une large bande au nord de la Seine et sur les côtes de la Manche, de nouveau en vert sur la carte, avec, au lever du jour jeudi, 13 à 17 degrés.

Photo
Capture écran Twitter Météo France

Capture écran Twitter Météo France

Carte Météo-France des températures maximales prévues ce jeudi 4 août en France.

Ce rafraîchissement annonce un week-end plus clément avant une nouvelle hausse des températures en début de semaine prochaine. Cette troisième vague de chaleur devait être toutefois moins longue que la précédente qui avait pris fin le 25 juillet et duré 14 jours.

Quelques ondées parfois orageuses sont aussi attendues ce jeudi. Mais pas de quoi apaiser les craintes liées à la sécheresse. Juillet 2022 est « au second rang des mois les plus secs tous mois confondus » en France depuis le début des mesures en 1958-1959, avec un cumul de précipitations agrégées de 9,7 millimètres, selon Météo-France.

Jusqu’à présent, le mois le plus sec jamais enregistré remontait à mars 1961 avec 7,8 millimètres.

Des conséquences dans tout l’Hexagone

Dans les Vosges, l’inquiétude est vive à Gérardmer, station qui souffrait déjà de saisons hivernales de plus en plus incertaines en raison du réchauffement climatique et qui affronte désormais une sécheresse estivale d’une intensité et d’une précocité exceptionnelles.

Une « situation extrême », selon le maire (PS) Stessy Speissmann. La nappe phréatique est exsangue et la ville doit puiser l’eau de son réseau dans le grand lac qui fait sa réputation. Pendant deux jours, mercredi et jeudi, cette eau est considérée comme non potable, le temps que des analyses soient effectuées.

Les conséquences sont lourdes aussi pour EDF qui pourrait être contraint d’abaisser encore sa production d’électricité nucléaire ces prochains jours et même d’arrêter un réacteur de la centrale du Tricastin (Drôme) en raison des températures élevées des fleuves. EDF a aussi mis en garde sur de possibles « restrictions de production » à la centrale de Saint-Alban (Isère), sur le Rhône, ou à celle de Golfech (Tarn-et-Garonne), sur la Garonne.

Autre secteur en grande souffrance : l’agriculture. « Nous avons eu chronologiquement ou presque la crise porcine, la grippe aviaire, la crise ukrainienne, le gel et la grêle et vient la sécheresse... Sur douze mois nous avons eu le condensé de ce que nous avons sur 5 ou 10 ans », a résumé le ministre Marc Fesneau dans une interview à l’AFP.

« L’agriculture est une des premières victimes du dérèglement climatique », a-t-il souligné, estimant que « ce que nous avons cette année, c’est l’année type que nous aurons en 2050 ». Parmi les plus touchés, certains éleveurs de bovins en sont réduits à vendre leurs bêtes, faute de pouvoir les nourrir.

À voir également sur Le HuffPost : Durant la canicule, ces magasins climatisés et portes ouvertes à 40 °C

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles