Canicule : des bouches d'incendie ouvertes malgré l’interdiction

Face à la chaleur, certains habitants franciliens n'ont rien trouvé de mieux que d'ouvrir les bouches à incendie destinées aux pompiers.
Face à la chaleur, certains habitants franciliens n'ont rien trouvé de mieux que d'ouvrir les bouches à incendie destinées aux pompiers.

Ce n'est pas une première… et certainement pas une dernière. Comme le rappelle Le Figaro, à chaque épisode caniculaire, les ouvertures de bouches d'incendie se multiplient en zone urbaine. Entre le mercredi 15 et le dimanche 19 juin, plusieurs cas de « street pooling » – le nom de cette pratique contraire à la loi – ont été recensés à travers la région parisienne. Si, effectivement, une telle ouverture est interdite par la loi, cela représente surtout de grands dangers pour les populations, notamment les plus jeunes.

Dimanche, par exemple, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), une vingtaine de jeunes ont mis en action plusieurs bouches d'incendie de la ville. Des actes qui ont été, ensuite, partagés sur les réseaux sociaux. Selon les images diffusées sur Twitter, les faits se seraient produits dans des quartiers pavillonnaires. Même constat dans le 19ᵉ arrondissement de Paris, où la circulation des voitures a été quelque peu perturbée par cet arrosage surpuissant. Au vu de l'ampleur de la canicule, extrêmement précoce, et de son étendue, il n'est pas impossible que ces actes, pouvant être qualifiés de vandalisme, aient été perpétrés dans d'autres grandes métropoles françaises.

À LIRE AUSSISécheresse et nucléaire : une flambée de fantasmes

Une ouverture illicite très dangereuse

Si ce « street pooling » peut apparaître comme « ludique », la pratique peut aussi être dangereuse. En effet, la puissance du jet d'eau sortant d'une telle bouche d'incendie est très fort [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles