Canicule : 1 500 décès en 2019, dix fois moins qu'en 2003

Tout le monde se souvient de la canicule de 2003, qui avait causé quelque 15 000 décès en France. Un drame, un traumatisme que personne ne voulait revivre durant l'été 2019. Ainsi, seize ans plus tard, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a révélé dimanche 8 septembre que 1 500 personnes avaient perdu la vie lors des épisodes caniculaires de cet été. Elle a donc tenu à saluer la mobilisation des services de santé qui ont permis des interventions rapides. Il y a eu moins de jours de canicule consécutifs. Mais les deux épisodes (2003 et 2019) sont-ils similaires ? En 2003, l'épisode caniculaire avait duré 20 jours au mois d'août. En 2019 ? Il y a eu deux périodes en juin et en juillet 2019, pour un total cumulé de 18 jours. Néanmoins, des records de températures ont été battus, et 20 départements ont été placés en alerte rouge, une première. "C'est probablement l'ensemble de la chaîne de soins qui a progressé", convient le Pr. Frédéric Lapostolle, professeur de médecine d'urgence.