Les candidats engagés corps et came

Libération.fr

Pédaler, prendre des médicaments, dormir, maigrir, boire un verre… Chacun a ses petites recettes pour résister à la fatigue et au stress de la campagne présidentielle.

Au début de tout, il y a ce conseil de Jacques Chirac. Une sorte de légende politique qui se refile entre candidats. En campagne, se plaisait-il à raconter, «tu bouffes quand tu peux bouffer, tu bois quand tu peux boire, tu dors quand tu peux dormir et tu pisses quand tu peux pisser». Viril et sans doute apocryphe, un codicille est venu compléter la formule qui s’est patinée avec le temps : «Et puis tu baises quand tu peux baiser», aurait ajouté l’ancien chef de l’Etat, connu pour son goût des femmes. Même caricatural, le dicton chiraquien pose les bases de toute course - comme son nom l’indique - à l’Elysée : satisfaire les besoins vitaux, prendre soin de son corps et de son esprit pour déjouer la fatigue, les passages à vide et les coups de blues.

A un mois du premier tour, les organismes des candidats commencent à porter les stigmates du cocktail de campagne «journées maxi-nuits riquiqui». Mais entre mythe du surhomme et illusion d’infaillibilité, leurs astuces pour tenir sont jalousement gardées secrètes par leurs équipes. Pourtant, «la plupart des trucs et des remontants sont loin d’être illégaux, s’amuse la socialiste Valérie Fourneyron, ex-ministre des Sports, qui a été médecin de l’équipe de France de hockey. Mais c’est vrai qu’on ne s’improvise pas candidat, c’est un entraînement long».

Diète et graines de lin

Comme pour les sportifs, le corps des politiques est à la fois un outil de travail et une vitrine : il faut être, ou avoir l’air, en forme. D’où l’importance de l’alimentation et des régimes à répétition qui feraient passer les Miss France pour des petites gourmandes. En 2010, François Hollande avait perdu 17 kilos (!) pour entrer dans le costume présidentiel. De son côté, Jean-Luc Mélenchon s’était astreint à une diète protéinée, type Dukan. Cinq ans, beaucoup d’acupuncture et un credo (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

«Une campagne, c’est un sprint à étapes multiples»
Elysée Leurs potions pour tenir bon
Guyane : la guerre des nerfs en six blocages
Cinéma «Félicité», voix à suivre
«Le clientélisme et la corruption sont importants»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages