Le candidat prend l’eau, le parti prépare les canots

Libération.fr

Mise en examen, costumes… Confortés par cette brillante semaine, nombre de cadres LR ont tourné la page Fillon.

Un coup dur, un de plus, qui plombe sérieusement le moral de ceux qui essaient d’y croire encore. Le sulfureux Bourgi a bien offert des vêtements de luxe à François Fillon, pour plusieurs milliers d’euros. «Ravageur !» se désole un député LR, pourtant fidèle du candidat.«Sur le salaire de Penelope, il pouvait encore y avoir débat. Au bistrot du coin, quelques bonnes âmes voulaient bien admettre qu’elle travaillait peut-être, après tout. Mais des pulls en cachemire à 2 000 euros pièce, offerts par un avocat ? Ça, ça ne passe pas», conclut cet élu passablement abattu. En désespoir de cause, il trouve cette raison originale d’espérer : «Cela va bien finir par s’arrêter. Après tout, l’opinion est contre la torture.»

Doutes. Car c’est bien à un «supplice chinois» qu’est exposé le candidat, explique un haut responsable de la droite qui se dit déterminé à rester «jusqu’au bout», au motif qu’on n’abandonnerait pas «un bateau qui coule». Au QG de campagne, nombreux sont ceux qui continuent le combat en pilote automatique, sans rien cacher de leurs doutes ni de leur déception. Beaucoup de dirigeants de LR sont déjà ailleurs. En coulisse, ils préparent le scénario de l’après défaite. Qui prendra le contrôle du parti le soir du 23 avril ? Comment imposer, après les élections législatives, un gouvernement de droite au président Macron ? Les amateurs de politique-fiction ont l’embarras du choix…

Pendant ce temps, les révélations sur les moyens utilisés par Fillon pour assurer son train de vie continuent de faire des dégâts, jusque dans la garde rapprochée de l’ancien Premier ministre. Déjà très affaibli par la démission de son directeur de campagne Patrick Stefanini, le candidat voit aussi s’éloigner celui qui fut longtemps son plus proche collaborateur, Jean-Paul Faugère. Modèle de rigueur et d’efficacité, cet homme d’une sobriété monacale a été le directeur de cabinet (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Des idées fortes dans son programme et nulle part ailleurs
Pureté solitaire
Françoise castex, ex-eurodéputée «Un bâtisseur et un destructeur»
Leila Chaibi, la France insoumise «L’action concrète lui plaît»
Jérôme Guedj, Porte-parole de Hamon «un anxieux qui a du mal à déléguer»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages