Cancers, thyroïde : le soja est-il dangereux pour la santé ?

Lait, sauces, flocons... le soja peut être consommé sous différentes formes
Lait, sauces, flocons... le soja peut être consommé sous différentes formes

Aliment végétal riche en protéines, le soja est considéré comme une bonne alternative à la viande. Mais il fait aussi l’objet d’études controversées. On fait le point.

Lait de soja, tofu, tempeh, edamame… le soja a envahi les rayons des supermarchés ces dernières années. Considéré comme une alternative intéressante à la viande, le soja est aussi utilisé par les industriels pour ses propriétés émulsifiantes, texturisantes et blanchissantes. On le retrouve ainsi dans de nombreux aliments transformés, comme les biscuits ou les plats préparés. Parfois décrié, le soja est-il vraiment un allié santé ? Yahoo démêle le vrai du faux.

Les atouts du soja

Si l’atout principal du soja est sa richesse en protéines, la légumineuse est aussi une source de fibres, de calcium et de vitamines B, essentiels à l’organisme pour bien fonctionner. Des études ont ainsi montré qu’en consommer est utile pour perdre du poids, mais aussi pour réduire le mauvais cholestérol, l’hypertension artérielle et ainsi diminuer le risque de maladies cardiovasculaires. Il serait aussi utile pour l'amélioration de la densité minérale osseuse et lutter contre l’ostéoporose. Enfin, le soja pourrait contribuer à réduire le risque de cancers, notamment ceux du sein, de l’ovaire ou de la prostate.

Cependant, l'UFC-Que-Choisir, qui a constaté des taux "préoccupants" de phytoestrogènes (isoflavones), potentiels perturbateurs endocriniens dans les produits à base de soja, demandait aux autorités sanitaires en 2019 de réévaluer le niveau de risque pour les consommateurs. "Ces substances, dont la structure moléculaire est proche d'une hormone naturelle du corps humain, pourraient être des perturbateurs endocriniens et favoriser certains cancers, voire agir sur le fœtus, le jeune enfant ou la fertilité", notait le magazine. De plus, parce qu’il contient des goitrogènes, qui peuvent interférer avec la glande thyroïde, il peut être recommandé de limiter la consommation de soja.

Pour Alexandra Murcier, diététicienne nutritionniste interrogée par Médisite, "ce n’est pas le fait de consommer un produit à base de soja de temps en temps qui est mauvais, mais l’accumulation de tous ces produits (industriels) dans notre quotidien".

VIDÉO - Perturbateurs endocriniens : l’UFC-Que Choisir pointe du doigt les produits à base de soja