Publicité

Les cancers frappent de plus en plus les moins de 50 ans comme Kate

Catherine, princesse de Galles, à Londres le 12 novembre 2023 (HENRY NICHOLLS)
Catherine, princesse de Galles, à Londres le 12 novembre 2023 (HENRY NICHOLLS)

Le cas de la princesse Kate, jeune quadragénaire atteinte d'un cancer, illustre un phénomène d'ampleur. Sans que l'on comprenne bien pourquoi, les moins de 50 ans sont, depuis plusieurs décennies, de plus en plus frappés par cette maladie.

C'est une véritable "épidémie" chez les moins de 50 ans, résume auprès de l'AFP le cancérologue Shivan Sivakumar, chercheur à l'Université de Birmingham.

Entre 1990 et 2019, le taux de cancers a quasiment doublé (+80%) dans cette tranche d'âge à travers le monde, selon une vaste étude publiée en 2023 par le BMJ Oncology, qui s'est concentré sur la trentaine de cancers les plus répandus.

Le phénomène, qui affecte particulièrement les pays développés, se traduit aussi par une hausse des morts du cancer chez les moins de 50 ans. En trente ans, leur nombre a augmenté de quelque 28%.

Quelques cas ont frappé le grand public, comme le décès à 43 ans de l'acteur Chadwick Boseman, star de "Black Panther", à la suite d'un cancer colorectal en 2020.

De fait, les cancers gastro-intestinaux --colon, oesophage, foie...-- font l'objet d'une flambée particulièrement notable chez les jeunes. Selon l'American Cancer Society, ils constituent la première cause de mort du cancer chez les hommes de moins de 50 ans, et la seconde chez les femmes du même âge, derrière le cancer du sein.

Comment expliquer un tel phénomène ? On ne sait pas et la réponse est sûrement complexe.

"A l'heure actuelle, il n'y a pas d'élément concluant" pour privilégier une explication, explique le Dr Sivakumar. Il est probable que plusieurs facteurs soient impliqués.

Une explication, populaire dans les milieux vaccinosceptiques, peut toutefois être vite évacuée: la vaccination anti-Covid n'est pour rien dans la hausse des cancers chez les jeunes, puisque ce phénomène était engagé depuis longtemps avant la pandémie.

- Pas de coupable évident -

Les chercheurs privilégient plutôt deux grandes pistes. Soit les générations récentes ont été plus exposées que leurs prédécesseurs à des facteurs de risques bien connus. Soit de nouveaux risques sont apparus.

La première catégorie d'hypothèses est notamment alimentée par un constat: comparés aux générations précédentes, les quadragénaires actuels étaient plus jeunes quand ils ont fait l'expérience du tabagisme, de la consommation d'alcool ou de l'obésité.

Le dernier point retient particulièrement l'attention de l'épidémiologiste Helen Coleman, de l'Université Queen's de Belfast. La chercheuse, qui a particulièrement étudié les cancers chez les jeunes en Irlande du Nord, pointe une "épidémie d'obésité" qui n'existait pas avant les années 1980.

Reste l'autre grande hypothèse, qui avance l'apparition de nouveaux cancérogènes. Les théories sont multiples --produits chimiques, microplastiques, nouvelles drogues...-- mais restent toutes spéculatives.

Objets d'une forte attention médiatique, les aliments ultra-transformés ont récemment été cités comme possible coupable. Mais, là encore, "il y a vraiment très peu de données pour appuyer cette idée", note la Pr Coleman.

Faute de connaître les causes profondes du phénomène, il est difficile de savoir quoi faire pour interrompre la hausse des cancers chez les jeunes.

Pour certaines autorités sanitaires, le dépistage est un outil crucial. Les Etats-Unis ont, ainsi, abaissé en 2021 à 45 ans l'âge auquel il est recommandé de se faire dépister pour les cancers colorectaux. En France, l'âge minimum reste fixé à 50 ans, mais certains gastro-entérologues défendent un abaissement.

De manière plus générale, les chercheurs interrogés par l'AFP espèrent que le cas de la princesse de Galles attirera l'attention des jeunes sur le fait que le cancer ne frappe pas que les plus vieux. Et qu'en cas de doute sur un symptôme, mieux vaut consulter.

"Si vous sentez que quelque chose ne va pas, ne perdez pas de temps: allez vous faire examiner", conclut le Dr Sivakumar.

dl/jdy/fmp/ber