Cancer du sein : relancer le dépistage !

destinationsante.com
Cancer du sein : relancer le dépistage !

La participation des femmes au dépistage organisé du cancer du sein ne cesse de diminuer après une phase de stagnation. Le taux s'établissait à 53% en 2011 et ne dépasse plus les 50% aujourd'hui. Comment redonner confiance ? Est-il envisageable de mettre en place un dépistage plus individualisé ? Les réponses du Dr Brigitte Séradour, radiologue et experte sur le dépistage à la Société française de sénologie et de pathologie mammaire (SFSPM), à l'occasion des Journées de la SFSPM qui se tiennent à Avignon.

« La France n'a jamais été une bonne élève en matière de prévention et donc de participation au programme organisé du dépistage du cancer du sein », souligne d'emblée le Dr Brigitte Séradour. « Nous étions parvenus à un taux de 53% en 2011. Or nous constatons depuis une stagnation, puis une baisse depuis quelques années. Aujourd'hui, ce taux s'établit à 49,9%. »

Comment expliquer cette chute de la participation ? Pour Brigitte Séradour, cette désaffection s'explique en partie par « une défiance majeure à l'égard des politiques de prévention en France. Vous retrouvez les mêmes craintes autour de la vaccination contre la grippe ou contre les HPV. Tout ce qui vient d'en haut est sujet à la critique, à la méfiance ». Elle met aussi en avant la force des anti-politiques de santé publique sur les réseaux sociaux. « Or nous n'avons pas su nous adapter aux multiples rumeurs et critiques. La communication aujourd'hui n'est pas suffisante pour encourager les femmes qui sont dans le doute. On entend parler que des inconvénients du dépistage : l'irradiation, les sur-diagnostics... » 

Vers une individualisation du dépistage ? 

Pour notre spécialiste, faire changer les mentalités ressemble à un chemin de croix. Elle n'en reste pas moins optimiste et recommande d'insister sur le fait que le programme de dépistage « est sécurisé en terme de qualité et de suivi. Nous savons ce que devient chaque femme. Il y a un (...) Lire la suite sur destinationsante.com


Fluoroquinolones : un risque d’anévrismes et de dissection aortique
Un espoir contre le cancer du sein triple négatif
La pilule contraceptive, un frein à la libido féminine ?
Recevez la newsletter de Destination Santé
Accédez à la rubrique Destination Femme