Cancer du sein : quatre questions autour de l'étude "MyPeBS", qui veut améliorer la qualité du dépistage

franceinfo

Un projet ambitieux. Une étude financée par l'Union européenne vise à personnaliser le dépistage du cancer du sein, alors que chaque année, en France, 54 000 femmes découvrent qu'elles en sont atteintes, et que 12 000 en meurent. Intitulé "MyPeBS" (Pour "My personal breast screening", "mon dépistage personnel du cancer du sein"), le projet "recrutera 85 000 femmes résidant en Belgique, France, Israël, Royaume-Uni ou Italie" pour mener à bien l'expérimentation, précise le site dédié. Franceinfo répond à quatre questions qui se posent autour de cette étude d'ampleur.

Pourquoi une telle étude ?

"L'idée est de démontrer que l'on peut faire mieux que le dépistage actuel en proposant un dépistage personnalisé. On a des chances majeures que ça marche", explique à franceinfo Suzette Delaloge, oncologue à l'institut Gustave-Roussy de Villejuif (Val-de-Marne) et coordinatrice de MyPeBS. Le cancer du sein est le cancer le plus répandu, et la deuxième cause de mortalité par cancer chez les femmes des pays occidentaux, rappellent les initiateurs de l'étude. C'est aussi un problème majeur à l'échelle mondiale, avec, en 2012, près de 1,7 million de nouveaux cas diagnostiqués et 521 900 décès dus à un cancer du sein estimés dans le monde.

Or, le dépistage actuel a (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi