Cancer : le rêve d'un vaccin préventif prend forme

·1 min de lecture

Pour les personnes à risque élevé de cancer, la piste d'un vaccin prophylactique contre le développement de cellules malignes livre des résultats prometteurs.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - La Recherche n°892 daté juin 2021.

Empêcher le cancer de se développer dès son apparition, pour ne plus avoir à le combattre, comme on peut le faire avec certaines maladies infectieuses. Ce rêve un peu fou qu'une poignée de scientifiques voudraient voir aboutir consiste à apprendre au système immunitaire à fabriquer des anticorps et des cellules spécialisées dans la détection et la destruction des processus cancéreux.

Ces tumeurs qui se forment au hasard de facteurs génétiques et environnementaux

Il existe, bien sûr, déjà des vaccins qui empêchent certains cancers, de façon indirecte, en bloquant les virus dits oncogènes. Mais aucun qui s'attaque aux tumeurs les plus fréquentes, celles qui se forment au hasard de facteurs génétiques, environnementaux (tabac, alcool, pollution, etc.) et héréditaires. C'est ce que tentent de faire les équipes de la Mayo Clinic de Rochester, dans le Minnesota (États-Unis), et de l'Institut du cancer de l'université de Pittsburgh (États-Unis), avec un essai clinique démarré en 2018 et toujours en cours sur 50 fumeurs ou ex-fumeurs à très haut risque de contracter un cancer du poumon. Ils ont reçu le vaccin dit MUC1, du nom de cette protéine normalement exprimée par les cellules épithéliales - qui forment les surfaces interne et externe de nombreux organes (poumons, estomac, intestins, yeux, etc.). "Mais en cas de processus cancéreux, la protéine MUC1 se trouve surexprimée dans une version anormale, mutée. C'est un marqueur présent dans des nombreuses tumeurs (poumon, pancréas, prostate, côlon…) qui s'en servent à la fois de moteur de croissance et de défense contre les traitements", explique Olivera Finn, professeure émérite à l'université de Pittsburgh. C'est son équipe qui a découvert cette version anormale de MUC1. Avec l'idée d'en faire un antigène tumoral cible pour un "vrai" vaccin, chargé de faire produire au système immunitaire les bons anticorps. "Les opportunités sont incro[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles