Cancer de la prostate : un nouveau test urinaire pour éviter le toucher rectal

Julie Kern, Rédactrice scientifique

Selon l’Institut national du cancer (INCa), le cancer de la prostate est le premier cancer masculin, suivi des cancers colorectaux et du poumon. Plus de 8.000 personnes en sont mortes en 2015, surtout des hommes de plus de 75 ans. Le cancer de la prostate est difficile à diagnostiquer : impossible de distinguer une tumeur qui deviendra agressive d’une tumeur bénigne. De plus, un des moyens de dépistage est particulièrement redouté : le toucher rectal, il s’agit d’introduire un doigt ganté dans le rectum pour palper la prostate.

Des scientifiques anglais, de l’University of East Anglia, ont développé un kit de dépistage simple et moins incommodant, baptisé PUR-test pour « Prostate Urine Risk ». Il s’agit d’un test urinaire à faire à la maison dans lequel on recherchera l’expression de trois gènes spécifiques des cancers de la prostate.

Schéma de toucher rectal (1) la vessie, (2) le rectum et (3) la prostate. © Wikimédia, CC by-sa 3.0

Trois gènes synonymes de cancer de la prostate

« La prostate est un organe sécréteur. Les sécrétions entraînent des cellules et des molécules de la prostate jusqu’à l’urètre qui sont ensuite évacuées par l’urine. Si un cancer est présent, alors des cellules tumorales seront aussi transportées par les sécrétions. Elles seront détectables dans l’urine », indique Jeremy Clark, le chercheur aux commandes de cette étude publiée dans le journal BioTechniques. Pour que le test soit efficace, il faudra impérativement collecter les premières urines matinales.

Comme la prostate sécrète en permanence, les biomarqueurs dans l’urine seront présents en plus grande quantité le matin. L’expression de trois gènes (c’est-à-dire l’ARN transcrit) sera analysée par PCR : le gène KLK2 qui n’est exprimé que dans la prostate, TMPRSS2 qui est exprimé dans 50 % des cancers de la prostate et enfin, PCA3 qui est surexprimé dans les cancers de la prostate malins.

Les résultats de ces tests urinaires ont été comparés à ceux obtenus après un toucher rectal chez 14...

> Lire la suite sur Futura