Cancer : les produits laitiers pourraient accentuer le risque

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Various fresh dairy products on wooden background (baibaz via Getty Images)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une nouvelle étude suggère un lien entre la consommation de produits laitiers et le risque de certains cancers.

Charcuterie, viande rouge, alcool… certains aliments sont bien connus pour augmenter le risque de cancer. D’autres moins, comme c’est le cas des produits laitiers. Les études scientifiques sont contradictoires à ce sujet. Mais une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique BMC Medicine pointe leur rôle néfaste dans l’apparition de certains cancers.

Cette recherche de grande ampleur, menée par des chercheurs chinois et britanniques, a duré 11 ans en moyenne. Elle a été réalisée à partir des données de 510 000 Chinois sans antécédent de cancer. Les participants ont notamment dû remplir un questionnaire sur leurs habitudes alimentaires et ont été divisés en trois groupes : les consommateurs réguliers (au moins une fois par semaine), les consommateurs modérés (au moins une fois par mois) et ceux qui n’en consommaient jamais. Ces données ont été comparées aux nombres de diagnostics de cancers.

Un risque accru de cancer du foie et du sein

Au cours de la période d'étude, 29 277 nouveaux cas de cancer ont été enregistrés, le taux le plus élevé étant le cancer du poumon (6 282 cas), suivi du cancer du sein (2 582 cas), de l'estomac (3 577 cas), colorectal (3 350 cas) et du foie (3 191 cas). Les personnes qui consommaient régulièrement des produits laitiers avaient des risques significativement plus élevés de développer un cancer du foie et du sein. Pour chaque prise de 50 g/jour, le risque augmentait respectivement de 12% et 17%.

Bien que ces résultats d'étude ne prouvent pas la causalité, il existe plusieurs mécanismes biologiques plausibles qui peuvent expliquer ces associations, selon les chercheurs. "D'autres études sont nécessaires pour valider ces découvertes, établir si ces associations sont causales et enquêter sur les mécanismes sous-jacents potentiels impliqués", indique le Dr Maria Kakkoura, principale auteure de l’étude.

En l’état, le professeur Huaidong Du, co-auteur de la recherche, ajoute "qu’il ne serait pas prudent de réduire la consommation de produits laitiers en se basant uniquement sur les résultats de l'étude actuelle ou sans assurer un apport adéquat en protéines, vitamines et minéraux provenant d'autres sources".

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Attention, cet aliment représente à lui seul les 3 drames de l’alimentation"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles