Cancer : un patient sur trois a recours à des médecines complémentaires

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Un tiers des patients soignes pour un cancer utilisent des "medecines douces" en complement ou a la place des traitements anti-cancereux classiques, sans forcement en parler avec leurs medecins, selon une etude.

Quelle est la place des "médecines douces" dans le traitement du cancer ? Des chercheurs en oncologie de l’université du Texas se sont penchés sur la question et, dans une étude qu’ils publient le 11 avril dans le JAMA Oncology, ils révèlent qu’un tiers de patients ont recours à des médecines dites complémentaires et alternatives. Ces thérapies sont utilisées en addition ou à la place des thérapies conventionnelles contre le cancer, telles que la chimiothérapie, la radiothérapie ou l'hormonothérapie.

Compléments alimentaires, ostéopathie, acupuncture…

Pour conduire leurs travaux, les chercheurs se sont appuyés sur les données récoltées en 2012 par un sondage national des autorités de santé. Ils ont ainsi réuni une cohorte de 3118 participants traités pour un cancer. Parmi eux, 1023, soit 33%, ont déclaré avoir eu recours à des médecines complémentaires ou alternatives au cours de l’année passée.
Remède le plus souvent utilisé : les compléments alimentaires à base de plante, pour 35,8% des répondants. Viennent ensuite la chiropraxie, l’ostéopathie, les massages, le yoga, tai-chi ou qi gong, la méditation (mantra, pleine conscience, spirituelle), les régimes spéciaux, l’acupuncture, l’homéopathie, la naturopathie ou encore l’hypnose.

A lire aussi : Cancer : quel rôle pour les médecines complémentaires ?

29% des patients ne parlent pas de ces techniques à leurs médecins

Mais s’ils n’hésitent pas à utiliser (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi