Cancer : une méthode ultra simple pour suivre la progression des tumeurs

·1 min de lecture

Oubliez les biopsies, mammographies, colposcopies, et autres examens invasifs. Une équipe du MIT explique avoir mis au point une méthode ultra simple capable non seulement de diagnostiquer un cancer, mais aussi de localiser précisément l’endroit de la tumeur et des métastases. Ces dernières années, plusieurs recherches ont montré que l’on pouvait détecter des marqueurs du cancer dans l’urine ou le sang, grâce à des protéines spécifiques ou au microARN (voir notre article précédent, ci-dessous).

Le test urinaire s’appuie sur le même principe que les tests de grossesse, où une bandelette de papier réagit à un biomarqueur. © Bryce Vickmark
Le test urinaire s’appuie sur le même principe que les tests de grossesse, où une bandelette de papier réagit à un biomarqueur. © Bryce Vickmark

Détecter la propagation des tumeurs dans le corps

Mais les tests sont pour l’instant très spécifiques et permettent juste de savoir si l'on a un cancer ou pas. La nouvelle méthode développée par Sangeeta Bhatia et ses collègues de l'Institut Koch pour la recherche sur le cancer et de l'Institut de génie et des sciences médicales du MIT est capable de surveiller la progression du cancer, y compris la propagation des tumeurs métastatiques. À terme, « cela pourrait constituer un test de dépistage de routine à effectuer chaque année », assure la chercheuse, dont les travaux ont été publiés dans la revue Nature Materials.

Un biomarqueur synthétique excrété dans l’urine

La plupart des cellules cancéreuses expriment des enzymes appelées protéases, qui les aident à échapper à leur emplacement d'origine en découpant les protéines de la matrice extracellulaire. Les chercheurs ont donc développé des nanoparticules recouvertes de peptides qui interagissent avec ces protéases. « Lorsque ces nanoparticules rencontrent une tumeur, les peptides sont fendus et excrétés dans l'urine, où ils peuvent être facilement détectés », explique l’étude. Dans des études antérieures sur des modèles animaux, l’équipe a ainsi pu mettre en évidence la présence de tumeurs dans le cancer du poumon à un stade très précoce.

Les nanoparticules synthétiques servent à la...
Les nanoparticules synthétiques servent à la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles