Cancer de l’œsophage : «Je croyais que c’était le cancer des fumeurs et des buveurs»

Elsa Mari
Jean-François est atteint d’un cancer de l’œsophage. C’est après avoir pris des anti-inflammatoires pour une blessure au genou que la maladie s’est déclaré

Le cancer de l’œsophage est en pleine recrudescence, avec 4800 nouveaux cas l’an dernier.


Sa voix pleine d’entrain, à l’accent chantant du sud-ouest, se brise soudain. Marque un temps d’arrêt et lâche, chevrotante : « Je croyais que le cancer de l’œsophage, c’était celui des fumeurs et des buveurs. Je n’ai jamais allumé une cigarette et j’ai arrêté l’alcool il y a bien longtemps », murmure Jean-François, policier de 49 ans, à Champcevinel, près de Périgueux (Dordogne).

C’est aussi ce que tout le monde croyait. Mais cette maladie est aujourd’hui en pleine évolution comme le montre une étude de l’Association française de chirurgie, qui tiendra son congrès du 19 au 21 septembre à Paris. « Les cancers de l’œsophage dus au tabac et l’alcool sont en nette diminution depuis 30 ans grâce à une baisse sévère de la consommation, note Denis Collet, chirurgien à l’hôpital de Bordeaux et coauteur de l’étude. Mais un autre type, appelé adénocarcinome, connaît une hausse impressionnante, liée cette fois à la progression de l’obésité et au reflux gastro-œsophagien, les deux principaux facteurs de risque. »


LIRE AUSSI > Quatre cancers sur dix sont «évitables»

En 20 ans, leur nombre a été multiplié par sept. En tout, 4800 nouveaux patients ont été diagnostiqués pour un cancer de l’œsophage en 2017. « C’est le reflet de nos modes d’alimentation », déplore ce grand spécialiste. Il touche surtout des hommes comme Jean-François, lui aussi obèse et souffrant de reflux.

«Mon généraliste a eu le bon réflexe»

Pourtant, le quadra aux yeux bleus et à la bonhomie contagieuse avait été soigné pour ses brûlures remontant de l’estomac dans les années 2000. Mais plus de dix ans plus tard, une blessure au genou l’oblige à prendre des anti-inflammatoires. Soudain, le policier est pris de nausées et de sueurs. Et, malgré l’arrêt du traitement, les symptômes évoluent en diarrhées et vomissements.

« Mon généraliste a eu le bon réflexe, il m’a prescrit une fibroscopie (NDLR : examen de la partie haute du (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Alpes-Maritimes : alerte au virus du Nil occidental
Comment se remettre au jogging… et s’y tenir
Alcool et grossesse : un nourrisson par jour souffre de complications
Santé : haro sur le sel dans les plats cuisinés
Manger et bouger pour maîtriser l’inflammation chronique