Cancer : découverte d’un traitement pour les patients en phase terminale

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
(KEITH CHAMBERS/SCIENCE PHOTO LIBRARY via getty images)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le mélange de deux médicaments d’immunothérapie a permis d’éliminer les tumeurs de patients en phase terminale de cancers du cerveau et de la gorge, révèle une étude.

C’est un essai historique qui suscite de nombreux espoirs. Des chercheurs de l’Institute of Cancer Research (ICR) et de la Royal Marsden NHS Foundation Trust de Londres, au Royaume-Uni, ont découvert que la combinaison de deux médicaments d'immunothérapie pouvait réduire la taille des tumeurs de patients atteints de cancer du cerveau et de la gorge en phase terminale.

Moins d’effets secondaires que la chimiothérapie

Mieux encore, le cocktail de médicaments a complètement éliminé le cancer d’un homme âgé de 77 ans, rapporte un article du Guardian (en anglais). Son pronostic vital était pourtant engagé dès 2017. Environ huit semaines après le début du traitement, des analyses ont révélé que la tumeur dans sa gorge avait été éradiquée.

En plus d'augmenter les chances de survie à long terme des patients, le traitement d’immunothérapie entraîne beaucoup moins d’effets secondaires que la chimiothérapie tels que les nausées, les douleurs et la perte d'appétit.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "C’est le premier cancer, tous sexes confondus, alors il faut y penser"

Dans le cadre de cet essai de phase 3, les données de 1000 patients atteints d’un cancer au cerveau et à la gorge ont été analysées. Ils ont reçu un mélange de deux médicaments d'immunothérapie, le nivolumab et l’ipilimumab. Grâce à cela, leur système immunitaire a pu éliminer les cellules cancéreuses.

Un espoir pour d’autres formes de cancer

Si les résultats ne sont pas statistiquement significatifs, ils montrent que la combinaison d'immunothérapie a connu un taux de réussite particulièrement élevé dans un groupe de patients dont les tumeurs présentaient des niveaux élevés d'un marqueur immunitaire appelé PD-L1.

Ces patients ont vécu en moyenne trois mois de plus que ceux ayant eu recours à la chimiothérapie. La survie globale médiane pour ces patients était de 17,6 mois, la moyenne la plus élevée jamais rapportée dans ce groupe de patients.

La combinaison des deux médicaments d'immunothérapie pourrait s'avérer être une nouvelle arme efficace contre plusieurs autres formes de cancer avancé, estiment les experts. Les résultats d'autres essais sur la combinaison de médicaments ont déjà suggéré des avantages similaires pour les patients atteints d'un cancer des reins, de la peau et des intestins en phase terminale. De nouvelles études doivent venir confirmer ces résultats.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Le cancer de la peau est de plus en plus fréquent, et il est très difficile de soigner ce cancer qui est dramatique"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles