Cancer : comment concilier la reprise ou la poursuite du travail, malgré la maladie

·1 min de lecture

Le cancer du sein affecte aujourd'hui une femme sur neuf ou dix selon les sources, la moitié sont en âge de travailler et connaissent un arrêt moyen relativement long (9 à 12 mois en France). Or, de plus en plus de femmes expriment l'envie ou le besoin de travailler pendant leur traitement, et seule une minorité d'entre elles y parviendra. Que peut-on apprendre de l'expérience de ces femmes et des entreprises qui les emploient pour progresser vers un travail constructeur de santé?

Dans un récent travail de recherche, nous nous sommes penchés sur les enjeux auxquels font face les parties concernées par ces situations : les salariés, leurs managers et leurs collègues, les services de santé au travail, les élus du personnel… A l'occasion de l'initiative Octobre rose, campagne annuelle de la Ligue contre le cancer qui vise à sensibiliser au dépistage du cancer du sein, nous vous en présentons ici les principales conclusions qui montrent que des voies sont possibles pour innover. Ceci passe notamment par une meilleure prise en compte des savoirs d'expérience du travail avec la maladie des salariés et de leur entourage professionnel, au service d'une organisation du travail revisitée pour un travail en santé.

"Plus de la même chose"

Concilier travail et cancer est difficile. Une première série d'explications de ces difficultés met en avant la méconnaissance ou le manque de sollicitation des dispositifs de maintien en emploi disponibles, comme la reconnaissance de la qualité de trav...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles