Cancer du col de l’utérus : le test HPV recommandé pour les femmes de plus de 30 ans

La rédaction d'Allodocteurs.fr
La HAS recommande de pratiquer le test HPV en premiere intention dans le depistage du cancer du col de l'uterus avant le frottis pour les femmes de 30 a 65 ans. Ce test plus accessible peut etre realise par auto-prelevement vaginal.

Mieux dépister le cancer du col de l’utérus grâce au test HPV. C’est la recommandation que publie le 11 juillet 2019 la Haute Autorité de Santé (HAS), actualisant ainsi ses précédentes recommandations qui dataient de 2010. Concrètement, l’instance sanitaire préconise d’inclure le test HPV dans le dépistage du cancer du col de l’utérus et même de l’utiliser en première intention, avant le frottis, chez les femmes de plus de 30 ans.

A lire aussi : Peut-on éradiquer le cancer du col de l’utérus ?

Traquer l’ADN du papillomavirus

En pratique, qu’est-ce que cela signifie ? Le test viral HPV (pour papillomavirus humain) permet de déceler la présence des papillomavirus oncogènes, les virus sexuellement transmissibles impliqués dans le développement du cancer du col utérin. A l’inverse, le frottis cervico-utérin a pour but de repérer d’éventuelles cellules anormales au niveau du col de l'utérus (précancéreuses ou cancéreuses). "À la différence de l’examen cytologique (le frottis, ndlr), qui s’intéresse à la morphologie des cellules, le test HPV cherche la présence d’ADN du virus HPV à haut risque chez les femmes" précise la HAS.
C’est pourquoi le test HPV était, jusqu’ici, prescrit en seconde intention en France, chez les femmes qui présentaient un frottis au résultat incertain. Il permettait notamment d’éliminer les "faux-positifs" du (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi