Cancer : les bananes peuvent-elles prévenir ceux causés par une maladie héréditaire ?

Les bananes ont-elles le pouvoir de prévenir le cancer ? Les résultats d'un essai clinique récent, parus dans Cancer Research Prevention, pourraient le laisser penser. En effet, les scientifiques ont étudié si un apport quotidien de 30 grammes d'amidon résistant — une sorte d'amidon qui n'est pas digéré par l'intestin grêle — présent dans les bananes vertes, les pommes de terre ou encore les légumineuses peut prévenir l'apparition de certains cancers.

Ces recherches ont été faites sur des patients très particuliers, atteints du syndrome de Lynch. Il s'agit d'un problème héréditaire d'origine génétique qui perturbe les mécanismes de réparation de l'ADN. En conséquence, les personnes atteintes du syndrome de Lynch ont plus de risques de développer un cancer à un jeune âge que la moyenne. Les atteintes sont diverses, mais les cancers colorectaux sont les plus fréquents, suivis de ceux de l'endomètre et de l'estomac. Un traitement à base d'aspirine permet de réduire leur risque d'apparition, mais pour les cancers qui touchent d'autres régions du corps, les scientifiques n'ont pas trouvé de moyen de prévention efficace… jusqu'à ce qu'ils s'intéressent aux amidons résistants.

Cancer colorectal : un médicament en test qui détruit la tumeur sans chirurgie ni chimio

Les bananes, le geste anti-cancer pour les personnes atteintes du syndrome de Lynch

Les résultats de cet essai clinique ne sont intéressants que dans un cadre très restreint. En aucun cas, ces résultats suggèrent que les amidons résistants préviennent tous les cancers dans la population générale. En revanche, ils fournissent des données intéressantes sur un possible moyen de prévention des cancers non colorectaux chez les personnes atteintes du syndrome de Lynch.

Le cancer colorectal peut se développer dans le côlon ou le rectum, qui font tous deux partis du gros intestin. © Blausen Medical Communications, Inc., Wikimedia Commons, cc by 3.0
Le cancer colorectal peut se développer dans le côlon ou le rectum, qui font tous deux partis du gros intestin. © Blausen Medical Communications, Inc., Wikimedia Commons, cc by 3.0

Les 918 participants de cet essai ont été séparés en deux groupes : un...

> Lire la suite sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles