Cancer : un anticorps capable de freiner la progression des tumeurs

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Cet essai a été mené sur des souris (Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

D'après les premiers résultats d'un essai clinique, l'anticorps MCLA-158 parvient à empêcher la propagation du cancer et des métastases.

C’est une découverte majeure dans le traitement du cancer. En Espagne, des chercheurs de l'Institut de recherche biomédicale de Barcelone ont développé l'anticorps MCLA-158. Il s’agit du premier candidat-médicament dirigé contre les cellules souches cancéreuses dans les tumeurs solides qui empêche la propagation du cancer et des métastases.

Ce premier essai a été mené sur des souris en collaboration avec la société néérlandaise Merus NV, les conclusions ont été publiées dans la revue Nature Cancer. Selon cette étude, cet anticorps aurait permis de bloquer la propagation du cancer à d’autres organes. Il aide aussi à ralentir la croissance des tumeurs primaires chez les souris implantées avec des cellules tumorales du côlon de patients cancéreux. "Nous avons commencé la recherche sur les cellules souches cancéreuses il y a 15 ans. Le chemin pour en arriver là a été passionnant, mais aussi très complexe, nécessitant un investissement important en ressources et les efforts de nombreux chercheurs. La médecine du futur commence ici", s'est félicité Eduard Batlle, chercheur de l'IRB Barcelone.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Le cancer du poumon est devenu un fléau. Il est dans les trois premiers cancers de l’homme et de la femme"

Réduire le risque de métastases

Et les résultats sont prometteurs, comme l’expose l’institut espagnol : "Chez les souris traitées avec cet anticorps contre les cellules souches cancéreuses, les métastases n'apparaissent pas". Avant d’ajouter : "L'élimination des cellules souches tumorales peut augmenter l'efficacité des traitements et réduire le risque de métastases". Précisément, cet anticorps reconnaît deux protéines différentes sur les cellules souches cancéreuses : celles qui favorisent la croissance incontrôlée du cancer et celles responsables de sa propagation.

Dans cet essai clinique mené sur de vrais patients, trois des sept malades ont obtenu des rémissions partielles, dont un a obtenu une rémission complète, tandis que les sept patients présentaient un rétrécissement de la tumeur. Dans ce cas précis, l'anticorps a été testé pour les cancers du côlon, de la tête et du cou, de l'œsophage et de l'estomac. "Cet anticorps n'interfère pas avec le fonctionnement des cellules souches saines de l'organisme, qui sont essentielles au bon fonctionnement des tissus", rassure Eduard Batlle. D'autres types de tumeurs pourraient en bénéficier à l'avenir.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Le cancer du côlon est le plus répandu, tous sexes confondus. Il est pourtant simple de l'éviter"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles