Cancer : Pour 7 Français sur 10, nous sommes inégaux face à la maladie

Anissa Boumediene

ACCES AUX SOINS - Le manque d’information et les inégalités sociales et territoriales seraient préjudiciables pour les plus vulnérables

Sommes-nous tous égaux face au cancer ? Entre l’exposition aux facteurs de risques, l’information de chacun sur la prévention de la maladie ou encore l’accès aux soins, la réponse à cette question serait plutôt non. Selon l’Observatoire Cancer* de l'Institut Curie – Viavoice 2019 dévoilé ce mercredi, sept Français sur 10 (69 %) estiment ainsi qu’il existe aujourd’hui des inégalités face au cancer, notamment dans l’accès au dépistage ou dans la prise en charge médicale. Une source d’inquiétude d’autant plus importante que 382.000 nouveaux cas de cancers ont été diagnostiqués en 2018 et qu’à ce jour, plus de 3 millions de personnes ont eu ou vivent avec un cancer en France.

Inégalités sociales et carences d’information face à la maladie

Comment expliquer que plus de deux tiers des Français aient ce sentiment d’inégalité ? Pour les personnes interrogées, les inégalités les plus discriminantes face à la maladie sont liées au niveau de revenu (49 %), au lieu de résidence (45 %), au niveau d’information sur le cancer (sa prévention et sa prise en charge) et au fait d’être seul ou isolé (39 %). A travers ces quatre facteurs, les populations les plus vulnérables sont les plus affectées en cas de cancer, et ce phénomène, lié à la situation sociale et territoriale des patients, est perçu comme un « effet double peine ».

A-t-on les mêmes risques de développer un cancer selon que l’on connaît ou non les facteurs environnementaux qui le favorisent et les conditions d’accès à des centres de dépistage ? Dispose-t-on des mêmes soins lorsque l’on vit à Paris ou à plusieurs centaines de kilomètres des centres de soins spécialisés, en zone rurale ou en Outre-mer ? Une personne sur deux résidant dans une commune rurale pense qu’il n’y a pas d’accès équitable aux traitements innovants. Et pour près de la moitié des Français interrogés (47 %), les freins au dépistage du cancer tiennent à la difficulté d’obtenir un rendez-vous (21 %), à l’éloignement géographique des centres de dépistage (17 %) et au manque de moyens financiers (12 %). Des éléments d’autant plus importants que le dépistage précoce augmente considérablement les chances de guérison. Or, 52 % des sondés déclarent ne pas disposer d’information suffisante sur le dépistage, la prévention et la(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Boire des sodas et des jus de fruits augmente le risque de cancer, selon une étude
Cancer: A la découverte d'une machine innovante, qui allie IRM et médecine nucléaire, à l'hôpital Henri-Mondor
Le cancer devient la première cause de décès dans les pays riches