#CancelCulture : Quand l’université de Leicester « décolonise » ses programmes

Par Julie Malaure
·1 min de lecture
Exit Geoffrey Chaucer (1343-1400).
Exit Geoffrey Chaucer (1343-1400).

Fondée il y a un siècle, la prestigieuse université de Leicester en Angleterre vient d'annoncer une grande refonte de ses programmes. En abandonnant toute forme d'enseignement de littérature antérieure à 1500, pour coller à ce que « que les étudiants attendent », selon le Telegraph.

Exit, les chefs-d'?uvre de la littérature médiévale, tel Les Contes de Canterbury de Geoffrey Chaucer. Vingt-quatre histoires sur huit cents pages pétries de naïveté mordante à la Montesquieu, racontées par des pèlerins en route pour la cathédrale de Canterbury, dans le Kent. Ce corpus, aussi significatif historiquement et culturellement que La Chanson de Roland ou Le Roman de la rose chez nous (bien que postérieur, 1387-1400), est également considéré par les linguistes comme fondamental, puisqu'il est le premier texte écrit en langue anglaise.

Shakespeare va-t-il résister ?

Au placard du département de littérature, les chevaliers et les Vikings. Soit l'épopée anglo-saxonne Beowulf, Sire Gauvain et le Chevalier vert et l'étude des sagas islandaises. Les textes de John Milton seraient également menacés, et l'on doute à long terme dans ce contexte de la résistance de Shakespeare au sein de l'université où fut découverte l'empreinte génétique.

À LIRE AUSSIStrauch-Bonart ? L'autocensure, pire que la censure

Un cercle des classiques disparus que l'université de Leicester justifie par la nécessité de se reformer. En chute libre dans le classement des universités britanniques ? elle serait [...] Lire la suite