Canberra publie un guide pour se protéger des attaques à la voiture bélier

Les attaques mortelles avec des vehicules en Europe depuis juillet 2016

Sydney (AFP) - Les autorités australiennes ont publié un guide dimanche pour empêcher des véhicules bélier d'être utilisés dans les endroits publics après des attaques meurtrières de ce type à Nice, Berlin, Londres ou Barcelone.

Le gouvernement australien avait commandé un rapport sur les mesures de précaution à prendre après l'attentat de Nice, dans le sud-est de la France, qui avait fait 86 morts le 14 juillet 2016.

"Comme nous l'avons vu avec les événements tragiques de Paris, Londres, Berlin et Barcelone, les terroristes continuent de cibler les lieux fréquentés", a déclaré le Premier ministre Malcolm Turnbull dans un communiqué.

Le guide est destiné aux organisateurs d'événements et aux autorités locales. Il leur donne des conseils pour évaluer la vulnérabilité des sites, y compris aux attaques à la voiture bélier, et pour en améliorer la protection.

Parmi les mesures évoquées, la mise en place de barrières, de caméras, d'arbres, de statues, ainsi que la présence d'employés formés à réagir rapidement.

"On peut de toute évidence mettre des blocs de béton, des sièges, des oeuvres d'arts, des escaliers, des bacs à fleurs", a déclaré M Turnbull à la presse. "Tout cela peut être très discret".

Ces attaques dans lesquelles un véhicule est lancé dans la foule ont fait 14 morts jeudi et vendredi, à Barcelone et Cambrils.

L'Australie n'est pas étrangère à ce type d'attaque. Six personnes avaient été tuées en janvier à Melbourne lorsque une voiture folle avait délibérément foncé sur des gens qui faisaient leur shopping. La police avait exclu la piste terroriste.

L'Australie a relevé son niveau d'alerte aux attaques terroristes en septembre 2014, en raison du risque d'attentats inspirés par des organisations comme le groupe Etat islamique (EI).

Depuis lors, une douzaine d'attentats ont été déjoués et 70 personnes ont été inculpées. Les autorités n'ont cependant pas évité d'autres attaques, parmi lesquelles une prise d'otages dans un café de Sydney en décembre 2014. Deux otages et l'auteur avaient été tués.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages