«Le Canard enchaîné» dément avoir eu recours à un emploi fictif

© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Cible d’une enquête judiciaire, Le Canard enchaîné dément avoir eu recours à un emploi fictif, défendant un montage qui, bien qu'"acrobatique", n’a "lésé" personne selon lui, dans son édition à paraître mercredi. Le couple, André Escaro, aujourd’hui 94 ans, et sa femme Edith, journaliste, avait "l’habitude de travailler en binôme", explique le comité d’administration du journal, composé notamment du directeur de la publication, Nicolas Brimo.

Edith aurait été embauchée en renfort d'André

 

Selon ce comité, les faits remontent à 1996, année où André Escaro, "pilier" du journal et auteur de "cabochons" (petits dessins), décide de prendre sa retraite, au grand dam de la direction du palmipède, qui entend le retenir.

 

A LIRE AUSSI- «Le Canard enchaîné» : ce que l’on sait des soupçons d’emploi fictif

Mais "le cumul-emploi retraite n’est pas autorisé", lui rappelle alors André Escaro, "surtout" soucieux de "s’éloigner des turbulences politiques pour mieux se consacrer à ses passions", explique le comité. "Il cédera finalement à condition que sa compagne, Edith l'épaule en lisant notamment "la presse pour lui". "C’est ainsi qu’Edith a été embauchée, en renfort d’André, lequel n’a évidemment plus touché un sou", pour produire "plus de 8.000" dessins qui n’ont "rien de fictif" pendant 26 ans, jusqu’à leur mise en retrait en juin, selon l’article.

>> Retrouvez les journaux des médias tous les matins à 9h10 sur Europe 1 ainsi qu'en replay et en podcast ici

De fait, l’enquêt...


Lire la suite sur Europe1