Canal de Suez : le propriétaire du porte-conteneurs bloqué négocie l'indemnisation

·1 min de lecture

C'est un bras de fer qui pourrait encore durer plusieurs semaines. Les pourparlers sur des indemnisations avec le propriétaire du porte-conteneurs ayant bloqué fin mars le canal de Suez sont au "point mort", a indiqué jeudi à l'AFP le chef de l'Autorité égyptienne qui gère cette voie maritime cruciale pour le commerce international, Ossama Rabie. D'une capacité de plus de 200.000 tonnes, l'Ever Given s'était échoué le 23 mars bloquant la circulation sur le canal où passe près de 10% du commerce maritime mondial selon les experts.

Le blocage avait duré six jours. D'après l'Autorité du Canal de Suez (SCA), l'Egypte a perdu entre 12 millions de dollars (9,8 millions d'euros) et 15 millions de dollars par jour de fermeture. La semaine dernière, un tribunal égyptien a confirmé l'immobilisation du navire, rejetant une plainte du propriétaire qui en réclamait la libération. "Les négociations continuent avec les propriétaires mais elles sont au point mort", a déclaré Ossama Rabie, chef de la SCA. "Nous avons baissé nos demandes d'environ 40% (...) et proposé des facilités" de paiement, a-t-il ajouté. Mais le propriétaire japonais Shoei Kisen "nous parle de 150 millions de dollars", un montant "dérisoire".

>> A lire aussi - Canal de Suez : l’Egypte réclame un dédommagement colossal, le porte-conteneurs incriminé a été saisi

Initialement, Le Caire avait réclamé 916 millions de dollars, avant de baisser le montant à 600 puis 550 millions de dollars. "J'ai encore l'espoir d'arriver à un compromis, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Inégalités à l’école : les actions que veut pousser la secrétaire d’Etat chargée de l’Education prioritaire
Brexit : les négociations sur la pêche avec le Royaume-Uni “patinent”, nos pêcheurs veulent parler à Macron
Belarus : gaz, potasse… l’Union européenne veut faire payer le prix fort à Loukachenko !
Ibiza dit "non" à la version espagnole de "L'île de la tentation"
Covid-19 : la théorie d'un accident de labo gagne du terrain, la Chine dénonce "l'histoire sombre" du renseignement américain