Canal de Suez : l’Egypte réclame un dédommagement colossal, le porte-conteneurs incriminé a été saisi

·1 min de lecture

Le blocage du canal de Suez n'a pas fini de faire couler de l'encre... L'Egypte réclame maintenant 900 millions de dollars de dédommagements, rapporte le quotidien gouvernemental Al-Ahram. Lundi soir, le chef de l'Autorité du canal de Suez (SCA) avait fait état à la télévision publique de "négociations" en vue d'obtenir des dédommagements pour le préjudice subi quand l'Ever Given s'est retrouvé coincé près d'une semaine en travers du canal, paralysant le trafic sur cette voie maritime cruciale. L'Egypte n'a commis "aucune erreur" dans cet incident, selon lui, en faisant porter la responsabilité au navire.

"Les négociations se poursuivent, il y a encore beaucoup de points (d'achoppement) avec l'entreprise et l'assurance" à commencer par la "somme", avait affirmé l'amiral Ossama Rabie. Une source au sein de la SCA a confirmé à l'AFP des négociations avec la société japonaise Shoei Kisen, propriétaire du navire, et des compagnies d'assurance. Cité mardi par Al-Ahram, l'amiral a indiqué que son pays voulait le versement de 900 millions de dollars (environ 750 millions d'euros). "Le navire panaméen Ever Given a été saisi en raison du non-paiement de la somme de 900 millions de dollars (...) en vertu d'un jugement rendu par le tribunal économique d'Ismaïlia" (est), a-t-il dit. Le montant correspond, selon la même source, aux "pertes engendrées par le bateau à l'Autorité outre son renflouement et les opérations de maintenance".

>> A lire aussi - Canal de Suez : après la Turquie, la Russie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Chine occupe militairement un récif philippin et rend furieux les États-Unis
Le coût colossal du Covid-19 pour la France, d’ici 2022
L’ambassadeur de Chine menace la France de sanctions si les sénateurs maintiennent leur voyage à Taïwan
Un vaste réseau de contrebande de cigarettes démantelé en France, 12 personnes interpellées
Covid-19 : "on n'est pas au sommet" de la troisième vague, avertit l’APHP