Canal de Panama : retour sur la folle histoire de sa construction

·1 min de lecture

Passage le plus court entre Atlantique et Pacifique, le canal de Panama est l’ouvrage de tous les superlatifs. Un chantier pharaonique, des écluses gigantesques et des navires hors normes… Retour sur une épopée humaine, financière et technique.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir Hors-série n°198 daté juillet-août 2019.

Percer l’isthme de Panama… Une idée folle qui a germé dans la tête d’un diplomate français du 19e siècle. "Au lendemain de l’inauguration, en 1870, de son canal de Suez, Ferdinand de Lesseps, qui n’était pourtant ni ingénieur ni architecte, devient une véritable star internationale, un démiurge ! Il est l’homme qui a réuni ce que Dieu avait séparé : la mer Rouge et la Méditerranée", s’amuse Marc de Banville, historien du canal de Panama. Plus rien ne peut désormais l’arrêter. Dix ans plus tard, ce sont les océans Pacifique et Atlantique qu’il entreprend de raccorder. "Pour la France, le canal de Panama n’a pas un grand intérêt économique, remarque l’historien. Il répond avant tout à une idéologie du progrès."

Sur la carte de l’Amérique centrale, le Nicaragua et son vaste lac constituent le site idéal pour creuser un canal à écluses. Mais le vieux diplomate est entêté. Le canal qu’il veut bâtir sera de type Suez, donc sans écluse ! Or, pratiquer là une telle saignée s’avère impossible, car elle entraînerait la vidange du lac et sa disparition définitive. De Lesseps opte donc pour le Panama et choisit de suivre la route par laquelle les Espagnols, au 16e siècle, faisaient transiter les trésors du Pérou vers l’Europe. "Autre avantage du site : il y existe déjà un chemin de fer datant de 1855, l’époque de la ruée vers l’or, précise Marc de Banville. Car pour les Américains désireux de rejoindre la Californie, il était bien plus rapide de passer par là que de traverser les États-Unis. La voie ferrée permettra donc d’acheminer les ouvriers et le matériel pour le chantier et d’évacuer les millions de tonnes de gravats."

Portrait non daté du constructeur du Canal de Suez et du Canal de Panama, Ferdinand de Lesseps (1805-1894). Crédit : AFP

En 1880, commencent les travaux les plus titanesques jamais entrepris pour un ouvrage fluvial. Pendant six ans et sur une longueur de 80 kilomèt[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles