"Je ne suis pas une salope": Nathalie Iannetta cible "le système" et pas Pierre Ménès

Alix Coutures
·Journaliste
·2 min de lecture
Nathalia Ianetta lors de la soirée de rentrée de Canal + en 2012 (photo d'archives) (Photo: FRANCOIS GUILLOT/AFP)
Nathalia Ianetta lors de la soirée de rentrée de Canal + en 2012 (photo d'archives) (Photo: FRANCOIS GUILLOT/AFP)

Dans une tribune au Monde, la journaliste de Téléfoot regrette que le reportage signé Marie Portolano ne devienne "le procès d'un seul homme".

MÉDIAS - “Une défaite sur toute la ligne”. C’est avec ces mots que Nathalie Iannetta qualifie, dans une tribune au Monde publiée ce samedi 27 mars, les discussions qui ont suivi la diffusion sur Canal+ du documentaire de Marie Portolano, “Je ne suis pas une salope je suis une journaliste”. Elle a rappelé qu’il ne s’agit pas du procès d’un seul homme, Pierre Ménès, ni d’une volonté “de détruire quelqu’un” mais plutôt de “déconstruire un système”.

Après la diffusion sur Canal+ du documentaire la semaine dernière, les critiques ont été nombreuses sur les réseaux sociaux pour dénoncer le chroniqueur du Canal Football Club, Pierre Ménès, notamment au travers des hashtags #BalanceTonPorc ou encore ou encore #PierreMenesOut. Le site Les Jours a également révélé que des scènes où Pierre Ménès était confronté à des affaires d’atteintes sexuelles par Marie Portolano avaient été coupées par la direction de la chaîne.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pour l’ancienne journaliste de Canal+, actuellement chez TF1, il faut avoir suffisamment de recul pour condamner “la domination des hommes” et non un seul. “Quand un homme se comporte mal, c’est un problème de comportement. Quand ce comportement est couvert par un système, ça devient un problème de système. Partout. Tout le temps. Certes, on pourrait se contenter d’un ‘bah tant pis, après tout, pour que les choses changent, il faut en passer par là‘. Or, ce ‘il faut en passer par là’, c’est justement ce contre quoi on se bat”, a-t-elle poursuivi.

Nathalie Iannetta a insisté...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Ce contenu peut également vous intéresser :