Canada. Les macabres découvertes se multiplient dans les anciens pensionnats autochtones

·2 min de lecture

Après la douloureuse exhumation de 215 corps d’enfants sur le site d’un ancien pensionnat autochtone à Kamloops, en Colombie-Britannique, fin mai, plus de 750 tombes ont été révélées sur le site d’un autre pensionnat dans la Saskatchewan.

La Première Nation de Cowessess, dans le sud de la Saskatchewan, a annoncé jeudi 24 juin qu’elle a découvert 751 sépultures non identifiées sur le site de l’ancien pensionnat autochtone de Marieval, autrefois géré par des missionnaires oblats de l’Église catholique.

“On a toujours su qu’il y avait des tombes ici”, a indiqué le chef de la communauté, Cadmus Delorme, lors d’une conférence de presse suivie par des journalistes de partout sur la planète. “Ouvrez votre esprit : ce pays a besoin de connaître la vérité et d’entamer un processus de réconciliation. Il y aura d’autres histoires [comme celle-ci]. Voici le moment de vérité de Cowessess”, a-t-il ajouté.

Le précédent de Kamloops

La découverte est annoncée près d’un mois après celle de la Première Nation Tk’emlúps te Secwépemc, en Colombie-Britannique. La communauté a créé une onde de choc mondiale en annonçant le 27 mai que des recherches par géoradar avaient permis de trouver les restes de 215 enfants près de l’ancien pensionnat de Kamloops.

À lire aussi: Canada. Consternation après la découverte des restes de 215 enfants sur le site d’un pensionnat autochtone

Le même type de technologie — un radar à pénétration de sol — a permis de découvrir 751 tombes près de l’ancien pensionnat de Cowessess, connu sous le nom de Marieval. Le chef Cadmus Delorme a expliqué qu’il était possible que chacune des fosses contienne plus d’un corps. En revanche, “la machine a une marge d’erreur de 10 à 15 %”, a-t-il ajouté, indiquant qu’il y a donc au moins 600 personnes enterrées dans ce cimetière. “Il ne s’agit

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles