Canada: un haut responsable de la police arrêté pour espionnage

Les « Five eyes », une alliance internationale de services de renseignements, qui regroupe la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, le Canada et les États-Unis, s’inquiète de la récente arrestation d’un haut responsable de la police canadienne. Cameron Otis a été formellement accusé vendredi devant un tribunal canadien d’avoir mis la main sur des documents sensibles et de les avoir transmis à des intérêts étrangers.

Avec notre correspondante à Montréal,  Pascale Guéricolas

Le Canada joue véritablement sa crédibilité dans cette affaire. En effet, un des plus hauts responsables du renseignement de sa police est accusé de travailler pour l’étranger. Cameron Ortis, 47 ans, arrêté jeudi à Ottawa, avait accès à des documents ultra-sensibles dans le cadre de ses responsabilités.

Parmi les dossiers potentiels, une vaste affaire de corruption de 130 millions d’euros, reliée au président russe Vladimir Poutine selon ses opposants. Apparemment, une portion de cet argent détourné, soit 9 millions d’euros, concernerait le Canada. Voilà pourquoi une plainte aurait été formellement déposée il y a deux ans devant la police canadienne, avec près de 1000 pages de documents à l’appui.

Des informations très sensibles

Cameron Ortis, aujourd’hui accusé, faisait partie des hauts responsables de la police ayant pris connaissance de cette affaire. Les documents présentés au tribunal lors de sa comparution, vendredi 13 septembre, ne permettent pas de savoir si cela a un lien avec son arrestation.

Mais une chose est sûre. Ce haut responsable du renseignement avait accès à des informations très sensibles et il en aurait fait profiter des puissances étrangères, pas forcément alliées avec le Canada.

►À lire aussi: Les deux Canadiens détenus en Chine inculpés pour espionnage