Canada: fin du projet pilote sur la consommation de certaines drogues dures en Colombie-Britannique

L’an dernier, la Colombie-Britannique, une province de l’Ouest canadien, prenait la décision de permettre la consommation de certaines drogues dures comme la cocaïne, le crack, les méthamphétamines dans la rue, les hôpitaux, les parcs. Ce projet pilote de trois ans concernait l’usage de petites quantités de drogues. Quinze mois plus tard, les autorités font machine arrière. Elles ont demandé au gouvernement central de criminaliser à nouveau la possession de ces drogues.

De notre correspondante au Québec,

Depuis plusieurs mois, la coexistence entre le grand public et les usagers de drogue à Vancouver au Canada et dans les principales villes autour se dégrade. Les gens n’en peuvent plus de voir des SDF se piquer sur les trottoirs des rues commerçantes, sur la plage, dans les parcs ou les terrains de jeux où se retrouvent les enfants. C’est vraiment devenu un enjeu de santé publique. Même les infirmières dans les hôpitaux se plaignent de devoir se protéger des vapeurs de crack que fument les patients.

La grogne des citoyens a touché de plein fouet les élus municipaux qui ont tenté de limiter l’accès des drogues à l’espace public. Sauf que la Cour suprême de Colombie-Britannique a maintenu le projet pilote en permettant l’usage de drogues en petites quantités. Aux yeux des juristes, c’est une façon de protéger les toxicomanes qui risquent moins des surdoses mortelles en se cachant de la police.

Un débat devenu très politique


Lire la suite sur RFI