Olivier Dubois, otage depuis 21 mois : l’insupportable attente

Canèle, la sœur d'Olivier Dubois, et Benjamin Bernard, son beau-frère, se sont longuement confiés au « Point Afrique » sur leur détermination à rester combatifs alors que peu d'informations filtre sur l'état des négociations autour de la libération du journaliste correspondant du « Point », de « Libération » et de « Jeune Afrique ».  - Credit:Famille Olivier Dubois Journaliste
Canèle, la sœur d'Olivier Dubois, et Benjamin Bernard, son beau-frère, se sont longuement confiés au « Point Afrique » sur leur détermination à rester combatifs alors que peu d'informations filtre sur l'état des négociations autour de la libération du journaliste correspondant du « Point », de « Libération » et de « Jeune Afrique ». - Credit:Famille Olivier Dubois Journaliste

Cela fait vingt et un mois que notre confrère journaliste et correspondant au Mali, Olivier Dubois, est retenu en otage par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), lié à Al-Qaïda et opérant au Sahel. Depuis que l'information a été révélée puis confirmée en mai 2021, très peu de nouvelles ont filtré sur ses conditions de captivité mais aussi sur d'éventuelles négociations menées par l'État français ou par d'autres voies. Comment sa famille traverse-t-elle cette épreuve ? Avec quel état d'esprit entend-elle poursuivre le difficile combat de la médiatisation du cas d'Olivier ? Quelles actions concrètes peuvent être envisagées par les familles d'otages ? Des questions qui méritent d'être posées alors que le contexte géopolitique du Sahel a changé et qu'entre-temps le Mali et la France n'entretiennent plus de relations diplomatiques. Canèle Bernard, la sœur d'Olivier Dubois, et le conjoint de celle-ci ont bien voulu confier au Point Afrique leurs sentiments et réflexions, un an après avoir lancé plusieurs initiatives fortes, dont une pétition en ligne pour demander la libération d'Olivier Dubois, sur laquelle la famille fonde de nombreux espoirs, car si elle atteint les 550 000 signatures, elle peut permettre au Conseil d'État français d'accélérer les démarches.

Le Point Afrique : Vingt et un mois qu'Olivier Dubois est détenu par le Jnim (selon l'acronyme en arabe du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans), affilié à Al-Qaïda, au Mali. Comm [...] Lire la suite