Un camp d'entraînement au Xinjiang pour une société de l'ex-patron de Blackwater

L’entreprise américaine, FSG, Frontier Services Group, créée à Hong Kong par le fondateur de la société de mercenaires Blackwater, serait partie prenante dans un projet de camp d’entrainement militaire des forces chinoises dans la région du Xinjiang où la Chine a déjà de nombreux camps dits de « ... Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy Selon le communiqué de presse rendu public le 22 janvier, le projet de construction d’un centre d’entrainement militaire dans la région du Xinjiang a été signé le 11 janvier à Pékin, entre la ville de Tumxuk et des représentants de l’énorme conglomérat chinois CITIC group. CITIC est l’un des principaux actionnaires de l’entreprise Frontier Services Group, fondée à Hong Kong par Erik Prince, ancien Navy Seal dans l’armée américaine et fondateur la société de mercenaires Blackwater, surtout connue du grand public pour sa responsabilité dans un terrible massacre de civils à Bagdad en 2007. Selon un media officiel chinois cité par l’agence Reuters, Frontier se serait engagé à investir 40 million de yuans, soit un peu plus de 5 millions d’euros dans ce centre qui devrait entrainer 8 000 hommes par an. Mais vendredi, un porte-parole de Frontier a indiqué que le communiqué avait été publié par erreur. Et Erik Prince a affirmé ne pas avoir connaissance de cet « accord préalable ». Frontier n’a pourtant jamais caché son intention de travailler avec les entreprises et le pouvoir chinois. En mai 2017, Frontier avait annoncé avoir pris des parts dans un centre d’entrainement paramilitaire à Pékin, indiquant à l’époque que c’était le plus grand centre de formation de ce type.

L’entreprise américaine, FSG, Frontier Services Group, créée à Hong Kong par le fondateur de la société de mercenaires Blackwater, serait partie prenante dans un projet de camp d’entrainement militaire des forces chinoises dans la région du Xinjiang où la Chine a déjà de nombreux camps dits de « ...

Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy

Selon le communiqué de presse rendu public le 22 janvier, le projet de construction d’un centre d’entrainement militaire dans la région du Xinjiang a été signé le 11 janvier à Pékin, entre la ville de Tumxuk et des représentants de l’énorme conglomérat chinois CITIC group.

CITIC est l’un des principaux actionnaires de l’entreprise Frontier Services Group, fondée à Hong Kong par Erik Prince, ancien Navy Seal dans l’armée américaine et fondateur la société de mercenaires Blackwater, surtout connue du grand public pour sa responsabilité dans un terrible massacre de civils à Bagdad en 2007.

Selon un media officiel chinois cité par l’agence Reuters, Frontier se serait engagé à investir 40 million de yuans, soit un peu plus de 5 millions d’euros dans ce centre qui devrait entrainer 8 000 hommes par an. Mais vendredi, un porte-parole de Frontier a indiqué que le communiqué avait été publié par erreur. Et Erik Prince a affirmé ne pas avoir connaissance de cet « accord préalable ».

Frontier n’a pourtant jamais caché son intention de travailler avec les entreprises et le pouvoir chinois. En mai 2017, Frontier avait annoncé avoir pris des parts dans un centre d’entrainement paramilitaire à Pékin, indiquant à l’époque que c’était le plus grand centre de formation de ce type.