Camouflet pour Donald Trump qui retire son emblématique réforme de l'Obamacare faute de majorité au Congrès

Anthony Berthelier
Camouflet pour Donald Trump qui retire son emblématique réforme de l'Obamacare faute de majorité au Congrès

ÉTATS-UNIS - Pari perdu pour Donald Trump. Ce vendredi 24 mars, le président américain jouait gros avec le vote de l'abrogation de l'Obamacare. Lui qui se targue d'être un négociateur hors pair vient de perdre une manche emblématique en retirant son projet de réforme faute de majorité au Congrès. Un énorme échec politique.

Le président américain, après d'innombrables réunions, avait décidé jeudi soir de mettre fin aux marchandages et lancé un ultimatum à son camp: approuvez la réforme, ou laissez Obamacare en place. Le pari du milliardaire était que les républicains n'oseraient pas faire échouer la première grande loi du mandat, et se fâcher avec lui. A fortiori après la suspension en justice de son autre grand projet phare, la fermeture des frontières aux ressortissants de certains pays musulmans. Un pari perdu.

Donald Trump "a fait tout ce qui était possible"

Il a mis tout son poids dans la balance, se rendant même personnellement au Congrès et passant d'innombrables coups de fil pour tenter de convaincre les républicains frondeurs pour qui la loi va, soit trop loin dans le démantèlement de la législation phare de l'ex-président Barack Obama soit pas assez, comme c'est le cas des ultra-conservateurs du Freedom Caucus.

Lire aussi: L'échec de Trump sur l'Obamacare prouve qu'on ne gère pas les USA comme on gère ses entreprises

La majorité de la Chambre des représentants s'est fracassée sur le projet de remplacement d'Obamacare, loi signée en 2010 par Barack Obama et qui va, a redit le dirigeant républicain, "exploser". Un vote, d'abord prévu jeudi puis repoussé à vendredi, a finalement été annulé quelques minutes avant.

"C'est une déception", a déclaré Paul Ryan, défait, lors d'une conférence de presse. "Nous étions très proches, mais nous n'avons pas obtenu de consensus. C'est pourquoi j'ai estimé qu'il était plus sage de ne pas voter et de retirer le texte, en réfléchissant à la prochaine étape".

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages