La camomille : usages, bienfaits et risques

© pixabay.com

La camomille peut être préparée de différentes façons : en tisane ou en infusion, en inhalation, en sirop, en huile essentielle, en compresse ou encore en gargarisme. On l’utilise en cas de troubles digestifs (colique, colite, diarrhées, etc.), du cycle menstruel ou du sommeil. Cette plante est également indiquée en présence d’ulcères de l’estomac, de calculs rénaux, de névralgies, de rhumatismes de certains problèmes de peau (eczéma, zona, démangeaisons, etc.) et d’effets indésirables liés à la ménopause. Enfin, on en consomme pour soulager les migraines les maux de gorge et les inflammations de la muqueuse.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il existe 3 variétés de camomille : la romaine, ou camomille noble, la grande camomille et la camomille allemande, ou matricaire. Les deux premières sont vivaces et amères tandis que la troisième est annuelle et douce en goût. Leurs propriétés diffèrent quelque peu.

Particulièrement riche en camphre et en lactones sesquiterpènes, la grande camomille est très efficace contre les migraines. La camomille romaine présente des propriétés digestives. Prise avant les repas, elle ouvre l’appétit, stimule la production salivaire et prépare effectivement la digestion. Lorsque le système digestif est trop sollicité, elle agit en antispasmodique, anti analgésique et anti nauséeux. On prête également aux deux variétés des vertus calmantes pour le système nerveux en cas d’irritabilité.

De son côté, la matricaire aide à la digestion et agit également (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Comment limiter les risques des régimes «sans» ?
Est-ce que le cancer de la prostate est grave ?
Comment choisir la bonne literie pour le dos ?
Comment lutter contre la mauvaise circulation sanguine ?
Voilà la technique pour se souvenir de ses rêves !