Une camionnette fonce sur la foule à Toronto, 10 morts et 15 blessés

Francesco FONTEMAGGI

Toronto (Canada) (AFP) - Le conducteur de la camionnette qui a foncé dans la foule lundi à Toronto, causant la mort de 10 personnes, a agi de manière "délibérée" et les autorités privilégient dorénavant la thèse d'un acte isolé ne visant pas la "sécurité nationale" du Canada. En soirée, la police a revu à la hausse le bilan du véhicule-bélier: 10 morts et 15 blessés suite au décès d'une personne admise à l'hôpital. "Cet acte semble clairement délibéré", a déclaré Mark Saunders, chef de la police de la plus grande ville canadienne qui accueillait au même moment les ministres des Affaires étrangères et de la Sécurité publique des pays du G7. La réunion se poursuivra comme prévu mardi, a assuré la chef de la diplomatie canadienne, Chrystia Freeland. "J'ai été profondément attristé d'apprendre l'attentat tragique et insensé survenu à Toronto", a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau lundi soir dans un communiqué.

Le terme "attentat" employé en français par le Premier ministre ne suggère pas "une connexion terroriste de nature à menacer la sécurité nationale", a précisé à l'AFP son cabinet. "Les informations disponibles à ce stade indiquent que cet événement ne semble aucunement lié à la sécurité nationale", a pour sa part déclaré le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale, en laissant entendre qu'il s'agissait d'un acte isolé. Il a souligné que cette conclusion était partagée par les différentes agences de sécurité et de renseignement du Canada.

Rapidement arrêté, le chauffeur de la fourgonnette de location a été identifié comme étant Alek Minassian, âgé de 25 ans et originaire de Richmond Hills, en banlieue nord de Toronto, a relevé M. Saunders. C'est vers 13H26 locales (17H26 GMT) que la police a été avertie qu'une camionnette blanche de location renversait des piétons en fonçant sur les trottoirs de la rue Yonge, à une heure de forte affluence et sous un grand soleil printanier. Le conducteur a été arrêté 26 minutes plus tard, après avoir ensanglanté la rue Yonge sur environ un kilomètre. Cette rue commerçante est "l'une des plus fréquentées du pays", a relaté le chef de la police.

L'interrogatoire en cours du chauffeur devait permettre de déterminer "le mobile exact" du conducteur de la camionnette blanche, a indiqué la police. "Le conducteur faisait des zigzags, sur le trottoir, sur la chaussée, il continuait à rouler", a décrit à l'AFP Rocco Cignielli. La camionnette s'est finalement immobilisée, l'avant de la carrosserie endommagé. Son conducteur, un homme corpulent, apparaît sur des images diffusées sur les réseaux sociaux, debout, au côté de la camionnette, faisant face avec agressivité à un policier armé. Le chauffeur, qui semble alors pointer un objet vers le gardien de la paix avant de s'en débarrasser et de se faire menotter, n'était pas armé, a indiqué M. Saunders.

'L'enquête sera longue'

Les témoins ont raconté à l'AFP avoir vu les piétons être balayés les uns après les autres par le véhicule-bélier lancé à vive allure. "J'ai d'abord pensé à une livraison, mais il allait très vite, sur le trottoir", a décrit Nana Agyeman-Badu, un chauffeur de 56 ans. Il a alors vu une femme se faire projeter contre un abribus, dont "les vitres éclatent en morceaux et s'effondrent" sur la victime, inconsciente, avant de se porter à son secours. Mais la camionnette a poursuivi sa course, "encore, encore et encore". Elle a renversé une bouche à incendie, des distributeurs de journaux. Des ambulances et des véhicules de police ont rapidement été déployés et le secteur a été bouclé par les forces de l'ordre.

Cette partie de la capitale économique canadienne "va être fermée pour plusieurs jours (car) l'enquête sera longue avec plusieurs témoins à entendre et beaucoup d'images de caméras de surveillance à regarder", a averti Peter Yuen, chef adjoint de la police de Toronto. "Ce tragique événement ne représente pas qui nous sommes (...) et mes pensées sont avec ceux qui ont été frappés", a déclaré le maire de Toronto John Tory. La Maison Blanche a adressé ses "pensées et prières aux familles des victimes" et offert au gouvernement canadien "toute l'aide nécessaire". Le président français Emmanuel Macron, en visite d'État à Washington, a exprimé pour sa part sa "profonde solidarité au peuple canadien". Ces faits rappellent les modes opératoires d'attaques à la voiture-bélier dans plusieurs grandes villes, comme New York, Barcelone, Londres, Nice, Paris, Berlin ou Stockholm, où des éléments radicaux à bord de véhicules ont fauché mortellement des piétons.