Camille Lacourt « en friche » avant sa rencontre avec Alice : « C’était le bordel ! »

·1 min de lecture

Fonder une famille était loin d'être une évidence. S'ils filent aujourd'hui le parfait amour et préparent l'arrivée d'un petit garçon, Camille Lacourt et Alice Detollenaere ont pris le temps avant de se lancer dans la vie à deux. A l'époque de leur rencontre, en 2019, le nageur et la mannequin affrontent en effet différentes épreuves personnelles.

"C'était le bordel !, se souvient le retraité des bassins dans Gala. J'étais mal avec moi-même. Une semaine sur deux, j'enchaînais les soirées, et l'autre, je n'étais que papa, avoue l'ex de Valérie Bègue, maman de sa fille Jazz (8 ans). Je me sentais en déséquilibre, en friche, je ne savais vraiment pas ce que j'allais faire de ma vie. Alice a su me voir au-delà des apparences, elle a su deviner qui j'étais derrière tout ça et m'a amené à me redécouvrir".

Installés ensemble au bout de "sept ou huit mois", Camille Lacourt et Alice Detollenaere ont également souhaité "prendre le temps" pour la petite Jazz. "C'est vrai que le Camille du début n'est pas celui que je connais aujourd'hui", confirme la mannequin. Tout juste rentrée de New York, où elle habitait depuis huit ans, elle était revenue en France pour se rapprocher de son papa, en pleine lutte contre le cancer.

"Je n'étais pas dans l'optique de rencontrer quelqu'un, ni même dans celle de rentrer en France, se souvient celle qui a aussi lutté contre un cancer du sein. Et encore moins de perdre mon père, qui est parti en un mois... Du coup, c'était une période un peu étrange parce (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Le perroquet sur l’épaule… Feu !" : Emmanuel Macron n'a aucune pitié pour ses adversaires
VIDÉO - "Enfin poser le cul salle Pleyel !": Pierre Perret heureux du déconfinement
VIDÉO - "J'y crois pas" : Pascal Praud pessimiste sur le déconfinement
"C’est trop tôt" : le Pr Gilles Pialoux fustige Emmanuel Macron
« Qu’est-ce que tu fais avec ce con ? » : cette scène surréaliste entre Johny Hallyday et Michel Sardou