Camille Kouchner : les mots émouvants de sa fille à propos d'Évelyne Pisier

·1 min de lecture

Les enfants de Camille Kouchner ont été touchés de plein fouet par les révélations de l'autrice dans La Familia grande. À travers cet ouvrage paru aux éditions du Seuil le jeudi 7 janvier, l'avocate et mère de deux enfants accuse son beau-père Olivier Duhamel d'inceste sur son frère jumeau. Un récit autobiographique qui secoue les esprits, à commencer par ceux de ses proches. Dans une interview accordée à Madame Figaro et publiée ce lundi 8 février, l'avocate de 45 ans lève le voile sur cette phrase saisissante, que lui a dite sa fille au sujet d'Évelyne Pisier - la mère de Camille Kouchner - après avoir découvert son livre. "Ma fille, qui a 15 ans, a lu le livre et m’a dit : 'Maman, ce qui me rend triste, c’est que toute cette histoire m’a privée de ma grand-mère, de ce soleil.' Elle ne m’a pas dit : 'T'es sale.'"

Camille Kouchner fait des confidences poignantes sur son rôle de maman. Avec des mots bouleversants, elle explique comment la maternité a bousculé sa vie. "Quand je suis devenue mère, pour la première fois, j’ai senti que je devenais essentielle pour quelqu’un. Pour la première fois, j’avais le droit d’exister. Ça m’a sauvée", déclare-t-elle avant de confier : "Maintenant que je l’ai dit à mes enfants, c’est la peur de ne plus être aimée que je ressens. Je sais qu’ils sont fiers de moi, du fait que je l’ai dit, mais je me demande s’ils vont continuer à m’aimer. Parce qu’à la fois je leur montre que la parole est libérée, mais je leur montre aussi toutes les salissures." (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Melania Trump se réjouit d'une cure forcée de Donald Trump
VIDÉO - "Ravie de vous retrouver" : le retour d'Anne-Sophie Lapix après son arrêt pour Covid-19
Gilles Pialoux "très en colère" : le professeur pousse un coup de gueule
Laeticia Hallyday et Jalil Lespert réfugiés à Saint-Barth : ce pactole sur lequel la veuve de Johnny fait l'impasse
VIDEO - "Des boîtes Chanel" : la petite pique de Cécilia Sarkozy à Bernadette Chirac