Cameroun: le ministre de la Santé menacé après l'interdiction de produits éclaircissants

Le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, a interdit le 10 août dernier la vente des produits de blanchiment de la peau, commercialisés par cinq entreprises, dont celle de la députée de l’opposition Nourane Fotsing. Depuis, le membre du gouvernement indique dans une interview à la chaîne de télévision Naja TV avoir reçu des menaces.

Avec notre correspondant à Yaoundé, Joël Wadem

Le ministre de la Santé avait justifié la suspension de la vente de produits de blanchiment de la peau commercialisés par cinq entreprises camerounaises par le fait que non seulement cette activité n’avait pas reçu son agrément, mais bien plus, les solutions vendues contenaient des substances nocives pour la santé. Depuis lors, Manaouda Malachie affirme subir au quotidien des pressions, et même des menaces : « Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de coups de fil et de menaces que j’ai reçus depuis que ces communiqués sont sortis », confie-t-il.

« Les gens viennent faire du business pour du business dans un domaine qui n’en a pas besoin. Parce que nous sommes dans la santé publique, il n’est pas défendu de gagner de l’argent, mais nous devons gagner de l’argent en ayant à l’esprit la santé publique comme étant l’objectif. »

À lire aussi : Cameroun : polémique autour de la vente de produits blanchissants pour la peau

Réécouter les recommandations de Le Conseil santé :


Lire la suite sur RFI